On peut maintenant apprendre à tisser à la Condi’

Dans Ch'est bieau, Chill
Scroll par là

Tricoter ou faire du crochet dans son canap’ en matant sa série, c’est un peu le high level du cocooning quand winter is coming (le franglish, c’est la vie). Mais pour ceux qui ne savent toujours pas ce que le mot “dextérité” veut dire mais qui aimeraient bien faire quelque chose de leurs dix doigts, on a peut-être trouvé un bon compromis : le tissage.

A la Condition Publique de Roubaix, il se passe souvent tout un tas de choses. La plupart d’entre vous y vont une fois la nuit tombée pour s’enjailler en concert et n’ont peut-être pas encore eu l’occas’ d’aller jeter un oeil sous la verrière ou dans le labo quand il fait encore jour.

Sous la fameuse verrière, l’après-midi, on rentre comme on veut pour discuter avec les gens tranquilou pépére mais aussi, depuis quelques jours, pour s’initier à l’art du tissage avec le Studio Hydra qui va s’installer de manière définitive à la mi-novembre dans le labo de la Condi’. 

Ce studio, c’est Léna, 27 ans, et Alexia, 33 ans, qui l’ont monté ensemble. Chacune tissait dans son coin avant leur rencontre il y a un an. “On s’est vite rendu compte qu’on avait la même vision du tissage et qu’on se projetait ailleurs que chez nous, explique Alexia. On a donc naturellement mis notre travail en commun et eu l’idée de créer un vrai studio avec nos créations mais aussi des ateliers“.

Toutes les deux sont des tisseuses hors pairs et peuvent à peu près vous tisser ce que vous voulez avec n’importe quel matière, du moment qu’elle soit souple : de la laine of course, mais aussi du fil de fer, du papier, et même des plantes. Pour l’instant, dans leurs ateliers d’initiation qu’elles viennent de lancer, on se contente de laine, de tissus et de rafia.

Niveau matos, vous arrivez les mains dans les poches, votre métier à tisser, votre grosse aiguille, les ciseaux, un peigne et les pelotes vous attendent déjà. Grâce aux indications d’Alexia ou de Léna, vous allez très vite comprendre que la base du tissage est d’une simplicité enfantine une fois que votre fil de chaîne (celui sur lequel vous allez tisser) est mis en place sur votre métier : on passe le fil de laine en dessous du fameux fil, puis au-dessus, de nouveau en dessous, et au-dessus… Si on a pigé le truc, vous avez pigé aussi. 

Bien évidemment, vous n’allez pas passer quatre heures à ne faire que le même tissage (même si ça relaxe un max). Les filles sont aussi là pour vous apprendre de petites variantes sympatoches pour pimper votre tissage (et aussi boire le thé avec vous).

Voilà ce qu’on peut obtenir : 

On est un peu fier quand même…

Pour apprendre les bases du tissage, n’hésitez pas à vous inscrire au prochain atelier pendant les vacances, il faut compter 40€ les quatre heures (matos et thé compris) et vous êtes sûrs de repartir avec votre tissage mural terminé. On vous met le lien vers la page Facebook aussi, histoire de ne pas perde le fil de leur actu.