WOö, l’atelier textile du Vieux-Lille qui sort (déjà) sa première collec’

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Créé il y a six mois, l’atelier textile WOö est déjà prêt à entrer dans la cour des grands avec l’arrivée de sa toute première collection. Vous allez pouvoir vous rhabiller pour l’hiver avec de la paillette, de la couleur, de la wax mais surtout du fait-main lillois et du sur-mesure. 

Quand vous arrivez rue du Nord, au bout de la rue Saint-André, il faut repérer une porte qui n’a l’air de rien vue comme ça mais d’où on entend des rires et de la musique juste derrière. Oui, c’est comme ça qu’on repère le WOö atelier de Léa dans le Vieux-Lille puisqu’elle n’a pas encore d’enseigne à proprement parler. “Je suis installée ici, avec Caroline de l’atelier Tatillon depuis avril seulement, explique Léa qui apprécie bien cette atelier-coloc’ entre couturières. Mais Caroline va bientôt déménager, donc j’attends encore un peu avant de poser l’enseigne“.

Et puis surtout, entre poser une enseigne et coudre, le choix de Léa est vite fait. Cette pétillante Lilloise de 30 ans a le parcours de ceux et celles qui se rendent compte, à la fois pas assez tôt mais pas trop tard, que faire de sa passion un métier n’est franchement pas une mauvaise idée. A l’origine, j’étais éducatrice spécialisée auprès d’enfants handicapés, raconte Léa. J’aimais bien mon travail, mais pas tous les aspects“.

Alors quand elle tombe enceinte à 28 ans, c’est l’occasion pour elle de changer de plan de carrière. Cinq mois après avoir donné la vie à son bout de chou, elle entame une formation d’un an à Roubaix dans la couture, l’une de ses grandes passions. 

“J’ai commencé à coudre quand j’étais étudiante, après une rupture amoureuse. A l’époque, c’était juste avec des tutos et une machine Liddl.”

Léa

Cette formation lui permet de professionnaliser ce qui n’était donc jusqu’alors qu’un hobby. Après un stage chez Caroline, elle la rejoint dès avril 2018 avec son propre atelier textile baptisé WOö “pour le côté woo girl mais aussi en écho au concept chinois Wuwei“, explique la nouvelle couturière. 

Vous l’avez peut-être deviné, Léa n’est pas du genre monotone. Du coup, le style de sa première collection non plus, forcément : veste à paillettes, doublures à fleurs, pantalon en wax ramené directement du Bénin par une de ses potes…

Créer sa propre collection, c’était un objectif de longue date pour Léa qui est en train de la fignoler pour sa présentation en mode disco le 13 décembre prochain au bar La Blonde de la rue des Bouchers (à partir de 19 heures #SaveTheDate). Vous pourrez découvrir les jupes, robes, vestes et pantalons créés par Léa et faire des pré-commandes. “Je veux que mes vêtements soient modulables, alors il y aura les tailles standards bien-sûr, mais aussi la possibilité de faire du sur-mesure”, explique Léa qui aime “l’idée que chacun ait le choix d’avoir une pièce unique dans sa penderie“. 

Pour découvrir l’univers de Léa, direction son compte Insta’ et pour être tenu au jus pour la soirée de présentation de la collection, voilà sa page Facebook.