By Lelicam, l’atelier de couture zéro déchet sans prise de tête

Dans C'est green, Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Le DIY est train de pas­ser du stade de simple ten­dance à de celui de mode de vie où on (ré)apprend à faire les choses par soi-même. Et comme le zéro déchet suit exac­te­ment le même che­min, il existe main­te­nant des ate­liers qui réunissent les deux : grâce à Camille, une Lil­loise auto­di­dacte à la patience d’or et à l’hu­mour pétillant qui orga­nise des cours de cou­ture zéro déchet. 

Vous vous dou­tez bien que si on vous parle des ate­liers de Camille, c’est parce qu’on est allé y faire un tour. Pour vous faire un rapide topo de notre niveau en cou­ture en arri­vant pour l’a­te­lier, un seul mot suf­fit : nul. 

On n’a­vait tout sim­ple­ment jamais tou­ché une machine à coudre de notre vie. On savait vague­ment rapié­cer une chaus­sette et recoudre un bou­ton (et encore). Mais ça n’a pas eu l’air de faire peur à Camille quand on lui a pré­ci­sé en réser­vant notre ses­sion. “Si je peux le faire, tout le monde le peut”, pro­met-elle. 

Nous voi­là donc au fameux ate­lier, où trois autres novices sont aus­si là devant leur machine à coudre qui leur fait du coin de l’oeil. Camille a déjà tout pré­pa­ré, de toute façon, on est toutes venues les mains dans les poches. 

Pour la petite his­toire, Camille, aka Leli­cam, est une cou­tu­rière auto­di­dacte. “Ma moti­va­tion pre­mière, c’é­tait le zéro déchet. Il y a trois ans, j’a­vais encore du mal à trou­ver des sacs à vracs ou des lin­gettes pour le visage qui me conve­naient, explique la Lil­loise. C’est comme ça que j’en suis arri­vée à me faire offrir une machine à coudre pour Noël : pour pou­voir confec­tion­ner ce que je n’ar­ri­vais pas à trou­ver dans le com­merce”. 

Sauf que, comme nous, Camille n’a­vait pas les bases de la cou­ture ou un don inné pour les acti­vi­tés manuelles. Mais à force d’a­char­ne­ment, de cou­tures en zig­zag et de tutos sur Inter­net, ce sont fina­le­ment ses créa­tions à elles qu’on retrouve aujourd’­hui dans cinq points de vente sur la métro­pole lil­loise. Et elle est aus­si aujourd’­hui une cou­tu­rière aguer­rie aux milles et un tips. Tips qu’elle dis­tille, tou­jours avec humour, depuis juin lors de ses cours de cou­ture zéro déchet où l’on passe autant de temps à coudre qu’à rigo­ler, à enchaî­ner les jeux de mots et se van­ner gen­ti­ment entre débu­tantes.

Et on s’en­traide, bien enten­du…

Sur les deux heures, 45 minutes sont dédiées uni­que­ment à l’ap­pri­voi­se­ment de la fameuse machine en mode didac­tique à base de chat, de canette et de trappe secrète (du vocab’ de cou­tu­rière). Une fois qu’on a com­pris le fonc­tion­ne­ment de la bête, on s’é­chauffe sur du tis­su de récup’ et on passe aux choses sérieuses avec le tis­su que Camille a récu­pé­ré chez La Redoute (on est en mode zéro déchet, on n’ou­blie pas).

Une heure plus tard… Incroyable mais vrai, on res­sort avec nos lin­gettes déma­quillantes sans avoir du faire appel à SOS mains. 

Aucune machine à coudre n’a été vio­len­tée pour réa­li­ser ce repor­tage. 

Ça, c’é­tait l’a­te­lier pour les ultra-débu­tantes. Pour ceux qui ont pris le coup de pédale de la machine à coudre et qui sont piqués de curio­si­té pour faire de nou­velles créa­tions, d’autres ate­liers selon les niveaux existent : essuie-mains, sac à tarte, sac à vrac, sac à baguette… Bref toute la pano­plie pour enclen­cher le mode zéro déchet.

Camille donne donc ces fameux cours aux ate­liers Jou­ret de Rou­baix mais aus­si au Tech­Shop de Lille (métro Bois Blancs). On vous laisse che­cker les pro­chaines dates des ate­liers by Leli­cam direc­te­ment sur sa page Face­book ou sur Pla­ty­mium