Taxe d’habitation : mode d’emploi pour les nuls

Dans Money Money Money, Un toit sur la tête
Scroll par là

Chez Vozer, on aime être rac­cord avec le calen­drier et on s’est dit que papo­ter taxe d’hab’ la veille d’Hal­lo­ween, ça mar­chait plu­tôt pas mal. Loin de nous l’i­dée de vous foutre les jetons pen­dant les vacs, mais c’est que la dead­line pour payer la dou­lou­reuse approche à grands pas.

Le jour fati­dique cette année est fixé au 15 novembre. Donc dans deux bonnes grosses semaines et ça va pas­ser vite. Allez, on se retrousse les manches et on s’y met tous ensemble. Sur­tout si vous êtes en coloc’. #tea­sing

Comment se calcule-t-elle ? 

En soi, ce n’est pas vous qui la cal­cu­lez mais l’E­tat. Elle est basée sur la valeur loca­tive du loge­ment que vous occu­pez (ou occu­piez) au 1er jan­vier 2018 mais aus­si sur des taux déci­dés par les col­lec­ti­vi­tés locales (d’où par­fois des fluc­tua­tions qu’on a du mal à cap­ter). Et on paye aus­si en même temps la rede­vance télé qui, elle, est la même pour tous (enfin tous ceux qui ont la télé).

Qui la paye ? 

Que vous soyez loca­taire ou pro­prio, vous la paye­rez quoi qu’il arrive si vous occu­piez le loge­ment à la date du 1er jan­vier 2018. Pas le 31 décembre 2017 ni le 15 avril 2018, juste le 1er jan­vier. Si vous êtes par­tis de votre loft du Vieux-Lille le 3 jan­vier après une der­nière fies­ta pour le nou­vel an, c’est la taxe d’hab de ce loge­ment que vous paie­rez cette année et non celui de votre chez vous actuel.

Seuls les étu­diants qui sont en loge­ment Crous en sont exempts. Et ceux dont les reve­nus de 2017 ne dépassent pas 10 815 € si vous êtes alone dans l’ap­part’ ou 13 703 € cumu­lés si vous êtes à deux. 
Pour tous les autres, mieux vaux aller che­cker votre boîte mail ou deman­der à Papa ou Maman com­ment ça va fonc­tion­ner pour pas­ser à la caisse.

Le plus simple, c’est d’al­ler direc­te­ment sur le site des impôts, de mettre son numé­ro fis­cal (il est ins­crit en haut de votre der­nière décla­ra­tion de reve­nus, de rien) et votre mot de passe. Et hop, la dou­lou­reuse est là qui n’at­tend qu’à être payée en ligne. Embal­lé, c’est payé.

Le cas coloc’

Atten­tion, ça se com­plique sévère par ici. Lors­qu’on vit à plu­sieurs dans un appart’, c’est pour le meilleur des soi­rées mais aus­si pour le pire de l’ad­mi­nis­tra­tif. 

Lors­qu’on est que deux à squat­ter un T3 à Gam­bet­ta, il suf­fit de se mettre soli­daires sur le bail et pour la fameuse taxe quand vous emmé­na­gez pour que vous rece­viez tous les deux, à votre nom, la taxe d’ha­bi­ta­tion. Reste à savoir qui paye quoi. Vous avez le choix pour :

  • Option 1 : moitié/moitié, comme le loyer
  • Option 2 : au pro­ra­ta des reve­nus de cha­cun. Tra­duc­tion : vous pre­nez la cal­cu­lette, vous faites un effort pour vous sou­ve­nir de vos cours de maths de 3e et cha­cun paye en fonc­tion de ses reve­nus à l’an­née. 

Lors­qu’on est plus de deux dans la coloc’, là, la taxe d’hab’ ne sera au nom que d’un seul d’entre vous. C’est lui qui, aux yeux de l’E­tat, est en charge de payer l’in­té­gra­li­té de la taxe et c’est aus­si à lui d’al­ler ensuite qué­man­der la part de cha­cun à ses colo­ca­taires.

Autant vous dire que si vous n’a­vez pas mis les choses au clair dès le départ, que vous êtes en froid depuis 3 mois à cause de la vais­selle pas lavée ou qu’un des colocs, pré­sent au 1er jan­vier, est par­ti entre temps en année sab­ba­tique en Aus­tra­lie, ben … bonne chance.

Et n’al­lez pas deman­der aux Impôts de tran­cher, ce n’est pas de leur res­pon­sa­bi­li­té.