Le Bus Magique, projet fou de péniche sur la Deûle

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Une péniche, c’est beau, c’est grand, c’est sur l’eau et ça peut accueillir du monde. Donc c’est un peu un genre d’en­droit idéal pour créer un tiers lieu où man­ger, boire, jar­di­ner, cowor­ker et flâ­ner. Bien­ve­nue au Bus Magique. 

Julie Daquin aime cou­rir le long de la Deûle, comme beau­coup. Elle se rend à la Cita­delle et fait le grand tour, ou le petit tour. Le truc, c’est que Julie a aus­si beau­coup d’i­dées. Cette ortho­pho­niste, art-thé­ra­peute et psy­cho­mo­tri­cienne lil­loise en a une qui lui tient par­ti­cu­liè­re­ment à cœur : celle de créer un lieu où les gens aime­raient venir pour s’ex­traire de la ville et pro­fi­ter du moment pré­sent. “Au départ, je n’en­vi­sa­geais pas un pro­jet aus­si gros, confie-t-elle. Je vou­lais seule­ment un lieu pour se sen­tir bien, ouvert à tout le monde.” 

Julie en parle autour d’elle, et fédère ses proches. “Le pro­jet s’est vrai­ment étof­fé au contact des idées et envies de cha­cun.” La forme n’est alors pas tout à fait défi­nie. “En cou­rant à la Cita­delle, je me suis dit qu’il fal­lait qu’on le fasse ici. On a com­men­cé par ima­gi­ner un bus qui aurait un point fixe mais pour­rait être mobile. Mais on s’est arrê­té sur l’i­dée de péniche.” En gar­dant le nom nos­tal­gique du Bus Magique, ce des­sin ani­mé qui pas­sait à la téloche dans les années 90. “Le Bus Magique pou­vait se trans­for­mer en avion, en bateau… Et pour­quoi pas en péniche?” 

Alors voi­là, pour le moment, Julie et les membres de l’as­so­cia­tion qu’elle a créé sont en train d’a­che­ter une péniche. Ils savent déjà ce qu’il y aura dedans : “De la petite res­tau­ra­tion, un café — salon de thé où on sera vigi­lants sur les tarifs pour que ce soit acces­sible à tous. Il y aura des ate­liers sur l’é­co­lo­gie, sur le bien-être, sur la culture, on aura un pota­ger sur le pont, on met­tra à dis­po­si­tion une salle pour faire des réunion, un espace de cowor­king…” Un tiers lieu, en somme, que la Métro­pole Euro­péenne de Lille et la mai­rie ont accueilli cha­leu­reu­se­ment comme acteur de l’é­co­no­mie sociale et soli­daire. 

Il reste encore pas mal de tra­vail pour Julie et son asso. “On va vali­der l’a­chat de la péniche fin novembre — début décembre, puis il y aura une étude de fai­sa­bi­li­té à mener jus­qu’en 2019. On pro­po­se­ra alors le pro­jet aux banques pour un prêt et aux col­lec­ti­vi­tés pour des sub­ven­tions. En mars, on espère com­men­cer les tra­vaux d’a­mé­na­ge­ment de la berge et de la péniche. Puis on fera des tra­vaux plus légers sous la forme d’un chan­tier par­ti­ci­pa­tif. On espère ouvrir en sep­tembre 2019.” Tout une aven­ture, qu’on va suivre de près, vous pen­sez bien. 

Si vous vou­lez la rejoindre, vous pou­vez deve­nir membre de l’as­so­cia­tion en fai­sant un mes­sage à la page Face­book du Bus Magique