Le Bus Magique, projet fou de péniche sur la Deûle

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Une péniche, c’est beau, c’est grand, c’est sur l’eau et ça peut accueil­lir du monde. Donc c’est un peu un genre d’en­droit idéal pour créer un tiers lieu où manger, boire, jar­diner, cowork­er et flân­er. Bien­v­enue au Bus Mag­ique. 

Julie Daquin aime courir le long de la Deûle, comme beau­coup. Elle se rend à la Citadelle et fait le grand tour, ou le petit tour. Le truc, c’est que Julie a aus­si beau­coup d’idées. Cette ortho­phon­iste, art-thérapeute et psy­chomotrici­enne lil­loise en a une qui lui tient par­ti­c­ulière­ment à cœur : celle de créer un lieu où les gens aimeraient venir pour s’ex­traire de la ville et prof­iter du moment présent. “Au départ, je n’en­vis­ageais pas un pro­jet aus­si gros, con­fie-t-elle. Je voulais seule­ment un lieu pour se sen­tir bien, ouvert à tout le monde.” 

Julie en par­le autour d’elle, et fédère ses proches. “Le pro­jet s’est vrai­ment étof­fé au con­tact des idées et envies de cha­cun.” La forme n’est alors pas tout à fait définie. “En courant à la Citadelle, je me suis dit qu’il fal­lait qu’on le fasse ici. On a com­mencé par imag­in­er un bus qui aurait un point fixe mais pour­rait être mobile. Mais on s’est arrêté sur l’idée de péniche.” En gar­dant le nom nos­tal­gique du Bus Mag­ique, ce dessin ani­mé qui pas­sait à la téloche dans les années 90. “Le Bus Mag­ique pou­vait se trans­former en avion, en bateau… Et pourquoi pas en péniche?” 

Alors voilà, pour le moment, Julie et les mem­bres de l’as­so­ci­a­tion qu’elle a créé sont en train d’a­cheter une péniche. Ils savent déjà ce qu’il y aura dedans : “De la petite restau­ra­tion, un café — salon de thé où on sera vig­i­lants sur les tar­ifs pour que ce soit acces­si­ble à tous. Il y aura des ate­liers sur l’é­colo­gie, sur le bien-être, sur la cul­ture, on aura un potager sur le pont, on met­tra à dis­po­si­tion une salle pour faire des réu­nion, un espace de cowork­ing…” Un tiers lieu, en somme, que la Métro­pole Européenne de Lille et la mairie ont accueil­li chaleureuse­ment comme acteur de l’é­conomie sociale et sol­idaire. 

Il reste encore pas mal de tra­vail pour Julie et son asso. “On va valid­er l’achat de la péniche fin novem­bre — début décem­bre, puis il y aura une étude de fais­abil­ité à men­er jusqu’en 2019. On pro­posera alors le pro­jet aux ban­ques pour un prêt et aux col­lec­tiv­ités pour des sub­ven­tions. En mars, on espère com­mencer les travaux d’amé­nage­ment de la berge et de la péniche. Puis on fera des travaux plus légers sous la forme d’un chantier par­tic­i­patif. On espère ouvrir en sep­tem­bre 2019.” Tout une aven­ture, qu’on va suiv­re de près, vous pensez bien. 

Si vous voulez la rejoin­dre, vous pou­vez devenir mem­bre de l’as­so­ci­a­tion en faisant un mes­sage à la page Face­book du Bus Mag­ique