Le Bus Magique, projet fou de péniche sur la Deûle

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Une péniche, c’est beau, c’est grand, c’est sur l’eau et ça peut accueillir du monde. Donc c’est un peu un genre d’endroit idéal pour créer un tiers lieu où manger, boire, jardiner, coworker et flâner. Bienvenue au Bus Magique. 

Julie Daquin aime courir le long de la Deûle, comme beaucoup. Elle se rend à la Citadelle et fait le grand tour, ou le petit tour. Le truc, c’est que Julie a aussi beaucoup d’idées. Cette orthophoniste, art-thérapeute et psychomotricienne lilloise en a une qui lui tient particulièrement à cœur : celle de créer un lieu où les gens aimeraient venir pour s’extraire de la ville et profiter du moment présent. “Au départ, je n’envisageais pas un projet aussi gros, confie-t-elle. Je voulais seulement un lieu pour se sentir bien, ouvert à tout le monde.” 

Julie en parle autour d’elle, et fédère ses proches. “Le projet s’est vraiment étoffé au contact des idées et envies de chacun.” La forme n’est alors pas tout à fait définie. “En courant à la Citadelle, je me suis dit qu’il fallait qu’on le fasse ici. On a commencé par imaginer un bus qui aurait un point fixe mais pourrait être mobile. Mais on s’est arrêté sur l’idée de péniche.” En gardant le nom nostalgique du Bus Magique, ce dessin animé qui passait à la téloche dans les années 90. “Le Bus Magique pouvait se transformer en avion, en bateau… Et pourquoi pas en péniche?” 

Alors voilà, pour le moment, Julie et les membres de l’association qu’elle a créé sont en train d’acheter une péniche. Ils savent déjà ce qu’il y aura dedans : “De la petite restauration, un café – salon de thé où on sera vigilants sur les tarifs pour que ce soit accessible à tous. Il y aura des ateliers sur l’écologie, sur le bien-être, sur la culture, on aura un potager sur le pont, on mettra à disposition une salle pour faire des réunion, un espace de coworking…” Un tiers lieu, en somme, que la Métropole Européenne de Lille et la mairie ont accueilli chaleureusement comme acteur de l’économie sociale et solidaire. 

Il reste encore pas mal de travail pour Julie et son asso. “On va valider l’achat de la péniche fin novembre – début décembre, puis il y aura une étude de faisabilité à mener jusqu’en 2019. On proposera alors le projet aux banques pour un prêt et aux collectivités pour des subventions. En mars, on espère commencer les travaux d’aménagement de la berge et de la péniche. Puis on fera des travaux plus légers sous la forme d’un chantier participatif. On espère ouvrir en septembre 2019.” Tout une aventure, qu’on va suivre de près, vous pensez bien. 

Si vous voulez la rejoindre, vous pouvez devenir membre de l’association en faisant un message à la page Facebook du Bus Magique