Inclusion, le futur resto lillois où chacun pourra savourer sa différence

Dans C'est green, Food Porn, Lille
Scroll par là

Aller au res­to quand on est autiste, en fau­teuil, aveugle, étu­diant ou encore végé­ta­rien, ça peut être han­di­ca­pant. Pour Fran­çois Marien, un Bruxel­lois de 32 ans, hors de ques­tion que l’une de ses rai­sons empêche quel­qu’un de savou­rer un bon plat. Voi­là com­ment est né le concept d’In­clu­sion, son futur res­to lil­lois de Vau­ban qu’il compte bien rendre acces­sible à tous, vrai­ment à tous. 

L’han­di­cap de Fran­çois n’est pas d’a­voir la natio­na­li­té belge (keur sur vous les voi­sins) mais d’être né sans avant-bras. Ne vous avi­sez pas de pleu­rer sur son sort, parce que le jeune homme a tou­jours su en faire une force plu­tôt qu’un han­di­cap. “A 4 ans, j’ai quit­té le Rwan­da après avoir été adop­té par une famille Belge, raconte Fran­çois. Deux ans plus tard, mes parents ont vou­lu me payer de superbes pro­thèses pour mes bras. J’ai refu­sé, ce n’é­tait tout sim­ple­ment pas moi et je n’ai jamais jamais caché mon han­di­cap, c’est même tout le contraire”.

Avec ses t‑shirts fluo et bagou natu­rel, Fran­çois a tou­jours pris chaque inter­dic­tion ayant pour ori­gine son han­di­cap comme un défi à rele­ver. Son méde­cin lui dit qu’il ne pour­ra jamais cui­si­ner ? Et bien le voi­là à 14 ans en train de faire à man­ger seul pour toute sa fra­trie. Il va même jus­qu’à par­ti­ci­per à la ver­sion belge de l’é­mis­sion “Un dîner presque par­fait” en 2010 pour prou­ver à tous que c’est pos­sible. “C’est la cui­sine qui m’a prou­vé que je pour­rai être indé­pen­dant dans ma vie d’a­dulte”. 

Aujourd’­hui, la gas­tro­no­mie et la sen­si­bi­li­sa­tion sur le han­di­cap sont deve­nues les pas­sions qui rythment son quo­ti­dien. Il était logique qu’elles se ren­contrent un jour et fassent un brin de cau­sette dans son cer­veau. Un soir, il a donc cette idée d’un res­to à la fois gour­mand et inclu­sif qui se trans­for­me­rait en salle de confé­rence l’a­prem et en boîte de nuit 100% acces­sible et ouverte à tous une fois par mois. Bref, “un lieu de ren­contre où cha­cun pour­rait savou­rer sa dif­fé­rence et celle des autres”. 

Et qu’est ce qu’on fait quand on a une bonne idée ? On la tweete bien évi­dem­ment, his­toire de prendre la tem­pé­ra­ture. “J’ai du éteindre mon por­table quelques jours tel­le­ment les noti­fi­ca­tions pleu­vaient”, rigole aujourd’­hui Fran­çois. Sauf que l’i­dée était lan­cée, et il fal­lait la faire pas­ser en mode concret avec busi­ness plan et tut­ti quan­ti. Fran­çois s’est retrous­sé les manches et peut aujourd’­hui annon­cer la cou­leur. 

Inclu­sion, ce sera donc un res­to scan­di­nave lil­lois qui ouvri­ra ses portes en sep­tembre 2019 avec des menus en braille, des salles où la lumière et le bruit seront adap­tés aux per­sonnes autistes, où tout (on dit bien “tout”) sera acces­sible en fau­teuil.… Ce sera aus­si un endroit où il y aura des per­sonnes en situa­tion de han­di­cap dans la salle, en cui­sine (qui sera ouverte), mais pas que. “Je ne veux pas d’un res­to réser­vé aux per­sonnes han­di­ca­pées, ce n’est clai­re­ment pas le but puisque je veux au contraire de la ren­contre”, pré­cise Fran­çois. 

Il tient encore plus à inclure les étu­diants dans ce pro­jet qu’il ima­gine évo­lu­tif. “Ce sont les jeunes qui m’ont fait décou­vrir et aimer Lille, je veux leur rendre la pareille”. Du coup, Inclu­sion va ouvrir dans le quar­tier Vau­ban, tout près des écoles où Fran­çois donne ses cours depuis un an. 

Il réflé­chit même à cas­ser les prix pour eux une fois par mois rien que pour eux. “Parce qu’être jeune et étu­diant, côté porte-mon­naie, aujourd’­hui encore ça peut être un han­di­cap pour aller man­ger au res­to”. Et vous l’au­rez com­pris, pour Fran­çois, bien man­ger ne doit pas être un luxe. 

En atten­dant la ren­trée pro­chaine et l’ou­ver­ture du res­to, une cam­pagne de crowd­foun­ding a été lan­cée sur la pla­te­forme MyMo­ney­Help jus­qu’au 2 décembre. Elle doit per­mettre à Fran­çois de réunir les 5 000 € qu’il lui manquent pour ouvrir serei­ne­ment Inclu­sion.