Ce mardi, au Flow, le street-art se paie un grand-écran

Dans La rue, Lille, Night Night

Photo ©LucasTakerkart

Scroll par là

Le street-art et Lille, c’est une longue his­toire. Pas for­cé­ment d’a­mour, mais une his­toire quand même. Ce mar­di soir, le Flow vous pro­pose de vous en racon­ter une par­tie, à tra­vers deux films tour­nés à Lille. 

Les deux films ont été tour­nés par Lucas Taker­kart, membre de l’as­so­cia­tion Cultur’All et cinéaste. Le pre­mier n’est rien d’autre que l’after-movie de la der­nière Bien­nale Inter­na­tio­nale d’Art Mural, orga­ni­sée par le Col­lec­tif Renart. Pen­dant trois semaines en 2017, les membres du Col­lec­tif ont orga­ni­sé des petites ses­sions “pignon” dans toute la métro­pole et ailleurs dans la région. Com­pre­nez que les artistes membres ou invi­tés ont peint sur des pignons de mai­son ou d’im­meuble. A la bombe, au pin­ceau, seuls ou en groupe, ils avaient carte blanche pour inves­tir ces murs. Et Lucas Taker­kart n’en a pas man­qué une miette. Voi­là, ça c’est pour la pre­mière par­tie de la soi­rée.

Ensuite, vous aurez droit à la pro­jec­tion de Géo­graf­fi­ti, d’autres visages du Nord, là aus­si réa­li­sé par Lucas. Un film dont on vous avait déjà un peu par­lé, et qui dépeint les mul­tiples visages la com­mu­nau­té des graf­feurs lil­lois. Pour les besoins de ce docu­men­taire, Lucas a sui­vi pen­dant trois ans les van­dales, les col­leurs, les pochoi­ristes, les let­treurs et autres per­chistes qui œuvrent dans la métro­pole à visage décou­vert ou non. 

Lire aus­si : 
Et BIAM ! Le street art a sa bien­nale, troi­sième du nom

Pour l’oc­ca­sion, le Flow va donc se trans­for­mer en salle de ciné­ma. Le prix est libre, les recettes iront à l’as­so Cultur’All, et ça com­mence à 18 heures. Pour les fous fans de street-art, ça va être une soi­rée pop-corn de qua­li­té. 

Lire aus­si :
 
“Géo­graf­fi­ti”, le docu­men­taire qui tire le por­trait du graff lil­lois

Pouf pouf, le lien vers l’event Face­book