Au Redlight District, c’est lounge la semaine et show le week-end

Dans Lille, Music in my ears, Night Night

© Redlight District

Scroll par là

Ouvert depuis le 31 octobre, le Redlight District a pris ses quartiers dans les anciens murs du Big Up au nouveau Siècle. S’il reste un endroit 100% gay friendly, le petit nouveau mise surtout sur ses soirées DJ et son ambiance lounge pour redonner du peps aux soirées de ceux qui pleurent encore la fermeture du Tchouka Club. 

Si vous étiez déjà Lillois en 2015, vous avez dû entendre parler de la fermeture du Tchouka, LE club gayfriendly de la ville. Depuis trois ans, il n’est pas le seul  à avoir fermé ses portes : le Vice Versa, le Nours, le Manhattan ou encore, plus récemment, le Big Up Bar. Oui, ça commençait à faire légèrement beaucoup. 

Heureusement que pendant que certains ferment, d’autres ouvrent. Pour le Big Up Bar par exemple, le flambeau a été repris par Laurent et Eddy, anciens gérants de l’Ambigu à Hazebrouck. Après quelques semaines de travaux, l’endroit a été métamorphosé et s’appelle aujourd’hui le Redlight District en référence à l’ambiance quartier rouge d’Amsterdam (juste à l’ambiance, hein). 

On va lui donner une connotation gay plus forte, expliquait Laurent en août dernierOn veut vraiment afficher nos codes”. Et pour eux, ça passe autant par l’ambiance, que la déco et la musique. “On se considère plus comme un bar avec une forte culture gay, précise aujourd’hui Thomas, en charge de la com’. Tout le monde est le bienvenu au Redlight, surtout que la semaine on est plutôt en mode café lounge tranquille avec des artistes qui exposent et des planches apéro“. 

A partir du jeudi soir, 22 heures, le bar se métamorphose en club. Là, plus question de rester vautré dans le canap’, c’est l’heure de bouger son body.Notre point fort, c’est la musique et les shows“, continue Thomas. 

Aux platines et à la prog’, on retrouve Anthony, alias le DJ Tony Deluca, spécialiste de la house, tribal, et tech-house. Résident du Redlight District, il prête aussi sa place à d’autres DJ locaux et internationaux “pour laisser une chance à ceux qui débutent mais aussi faire venir des artistes qui feront bouger les gens jusque Lille“. Oui, le Redlight a des ambitions extra-lilloises et “déjà, on revoit des Bruxellois revenir par chez nous le week-end“, annonce Thomas.

Ils viennent pour la musique mais aussi pour les shows qui rythment tous les week-ends à partir de vendredi : pyjama party, tea dance, dragshow, dancers… Et ce ne sont que les thèmes des premières soirées, ce qui promet pour l’avenir. 

Niveau horaires, on est sur du 17 heures minuit du lundi au jeudi avec une permission de 1 heure du mat’ les vendredi et samedi soirs. Et c’est où tout ça ? A l’emplacement de l’ancien Big Up Bar, 16 Place Pierre-Mendès-France. Pour checker les prochaines soirées, on file checker leur page Facebook.