Un gros débat sur les Européennes organisé à la fac de droit, ce mercredi

Dans La Fac, Lille, Politique
Scroll par là

On n’en parle peut-être pas assez, mais 2019 va être une année électorale. Les 23 et 26 mai prochains, vous serez appelés à élire les députés européens. Pour l’occasion, l’APEL, asso étudiante de la fac de droit spécialisée dans l’organisation de conférences et débats, invite cinq personnalités politiques, ce mercredi. Et c’est du lourd, dans l’ensemble. 

On reprend : tous les cinq ans, les citoyens de l’Union Européenne votent pour les députés qui les représenteront au Parlement Européen. Avant le Brexit, ces députés étaient 751. Ils seront l’année prochaine 705. Les sièges sont répartis à la proportionnelle selon la taille des populations de chaque pays, en gros. Du coup, la France aura 79 sièges rien que pour elle. Voilà, ça c’était pour mettre tout le monde au même niveau. Maintenant, l’événement qu’on vous annonce. 

On vous parle donc ici d’un débat qui aura lieu à la fac de Droit et de Science Po (Amphi Cassin), ce mercredi à 18 heures. Pour l’occasion, l’APEL a invité cinq poids lourds du coin : Adrien Quatennens (FI), Florian Philippot (Les Patriotes), Marc-Philippe Daubresse (LR), Valérie Petit (LREM), et Inès Taourit (PS). Pour vous la faire courte, Adrien Quatennens est l’Insoumis qui monte à l’Assemblée Nationale, et Florian Philippot a longtemps eu l’oreille de Marine Le Pen avant de lancer son propre mouvement. M.-P. Daubresse est l’un des vieux briscards de la politique locale, ancien maire de Lambersart, ancien ministre (sous Sarko), il est aussi sénateur du Nord. Valérie Petit, elle, est députée roule pour En Marche. Quant à Inès Taourit, elle est animatrice des jeunes socialistes du Pas-de-Calais. 

Le débat devrait être plutôt hyper intéressant, étant donné que tout le monde veut être élu, mais pas pour les mêmes raisons : certains voient dans l’UE un danger, d’autres y croient à fond, et il y en a encore qui, si ça ne tenait qu’à eux, imiteraient le Royaume-Unis fissa. 

Pour y aller, il y a quelques conditions, tout de même : il faudra présenter sa carte d’étudiant valide, et arriver tôt, genre à l’ouverture des portes à 17h45. Il va y avoir du monde : il n’est déjà plus possible de réserver sa place en ligne, mais l’association prévoit bien sûr que tout le monde ne viendra pas. Si vous vous pointez là-bas les mains dans les poches, vous avez une chance d’entrer dans l’amphi. 

On vous met le lien vers l’événement Facebook dédié.