Al Jazeera infiltre le bar La Citadelle et publie un docu bien flippant

Dans Lille, WTF

Capture d'écran du documentaire "Generation hate" // Al Jazeera

Scroll par là

C’est le genre de docu­men­taire aus­si impor­tant que gla­çant. Un jour­na­liste de la chaîne d’in­fo Al Jazee­ra a infil­tré le bar La Cita­delle, bas­tion nor­diste du groupe Géné­ra­tion Iden­ti­taire. Six mois sous cou­ver­ture pour un docu­men­taires en deux par­ties, dont la pre­mière vient d’être publiée sur le Tube. 

La Cita­delle, club pri­vé ouvert en 2016 rue des Arts, dans le centre de Lille, est tenue par Auré­lien Verhas­sel, membre de Géné­ra­tion Iden­ti­taire, groupe poli­tique d’ex­trême droite qui n’a jamais caché ses inten­tions de “remi­gra­tion” pour toute une par­tie de la popu­la­tion issue de l’im­mi­gra­tion (aus­si loin­taine soit-elle). Un jour­na­liste d’Al Jazee­ra, appe­lé Louis dans le repor­tage, a infil­tré ce groupe lil­lois pen­dant six mois. Camé­ra cachée à l’ap­pui, il a fait par­ler tout un tas d’adhé­rents ou sym­pa­thi­sants du club de leurs aspi­ra­tions pour la France. On vous conseille de vous accro­cher, les pro­pos sont bru­taux et par­fai­te­ment déran­geants. 

En 52 minutes, le docu­men­taire montre toute la vio­lence (phy­sique et ver­bale) d’adhé­rents bien ins­tal­lés dans le groupe “Opé­ra­tion Cita­delle”. On vous résume les plus hal­lu­ci­nants : 

“Remigration” : le grand projet de Génération Identitaire

Une idée qui consiste à ren­voyer dans leur pays d’o­ri­gine pré­su­mé tous les Fran­çais d’o­ri­gine étran­gère, ce qui revient à orga­ni­ser un genre d’é­pu­ra­tion eth­nique pas piquée des han­ne­tons. Auré­lien Verhas­sel et d’autres adhé­rents de La Cita­delle énoncent ce pro­jet comme une mesure phare de leur pro­gramme s’ils accèdent au pou­voir. 

Les liens pas vraiment assumés entre GI et le Rassemblement National

Dans le repor­tage, le RN s’ap­pelle encore le FN. On y voit des membres du par­ti fré­quen­ter La Cita­delle, dis­cu­ter avec les membres de GI. Le docu montre aus­si les liens ténus entre Auré­lien Verhas­sel et Sébas­tien Che­nu, le mon­sieur FN de la région, dépu­té du Nord, porte-parole du par­ti de Marine Le Pen. Auré­lien Verhas­sel affirme aus­si tra­vailler comme “com­mu­ni­cant poli­tique” pour le FN, en sous-main. 

De la violence, de la violence, et de la violence 

Allez, en vrac. Un néo-nazi appe­lé Le Roux, ins­tal­lé confor­ta­ble­ment dans un autre bar, rue Mas­se­na, en com­pa­gnie d’adhé­rents de La Cita­delle, accueille les gens à coup de “Sieg Heil” et de “Heil Hit­ler”. A la sor­tie du bar, un membre de GI, Rémi Falize, met trois coups de poing (avec des gants ren­for­cés, his­toire d’être sûr de faire bien mal) à une nana qui avait com­mis l’er­reur de lui deman­der une clope et d’être d’o­ri­gine arabe. La semaine sui­vante, dans les locaux de La Cita­delle, il s’en vante en se mar­rant. Ce même homme raconte par la même occa­sion que s’il avait “une mala­die incu­rable”, il com­met­trait un “car­nage” au mar­ché de Wazemmes. “Maman, tu ne vas pas au mar­ché de Wazemmes, c’est moi qui y vais. Je vais là-bas, je te fais un car­nage. Char­lie Heb­do à côté, c’est de la pisse de chien ! ” Pouf, comme ça, ça parle pro­jet de ter­ro­risme au calme. Et on vous passe les autres his­toires de bas­tons — fan­tas­mées ou réelles — racon­tées par d’autres. 

Des armes pour l’avenir

Bah oui. Quand ils arri­ve­ront au pou­voir, il fau­dra un genre de milice pour tenir tout le monde bien calme. Ça parle kalach­ni­kov, kata­na, armes de poing, tech­niques de com­bat… Et dans le même temps, Auré­lien Verhas­sel, six condam­na­tions au casier prin­ci­pa­le­ment pour vio­lence, explique au repor­ter qu’il ne cherche pas à faire dans la repré­sen­ta­tion, en se fai­sant pho­to­gra­phier fai­sant le salut nazi. “Eux, ils veulent la pos­ture, et nous on veut le pou­voir. C’est quelque chose de tota­le­ment dif­fé­rent. Nous on s’a­dapte, on ne se tra­hit pas. (…) On n’est plus aux ligues fas­cistes 1900. Ils vivent que de roman­tisme. C’est beau, c’est mignon, mais ça ne fait pas avan­cer le schmil­blick, quoi.” 

Du coup, Martine Aubry réagit 

La maire de Lille a publié un com­mu­ni­qué de presse ce mar­di dans lequel elle explique avoir pris contact avec le pré­fet pour voir ce qu’il est pos­sible de faire contre La Cita­delle. 

Et Aurélien Verhassel aussi 

Cité par France 3, le patron de la Cita­delle a dénon­cé un repor­tage “à charge” dont le mon­tage biaise la réa­li­té. Rémi Falize, qui a été fil­mé par Louis en train de frap­per une femme à Mas­se­na, est sous le coup d’une pro­cé­dure d’ex­pul­sion de La Cita­delle. Il explique aus­si qu’un autre, qu’on entend se van­ter de “bas­tons” dans le repor­tage, se ver­ra refu­ser sa demande d’adhé­sion. Il pré­cise au pas­sage que le néo-nazi adepte du bon­jour hit­lé­rien n’a “jamais mis un pied à La Cita­delle”. 

MAJ // 16h20

La pré­fec­ture du Nord a publié ce mer­cre­di un com­mu­ni­qué dénon­çant les pro­pos tenus par tous ces braves gens dans le docu­men­taire : “Les pro­pos racistes tenus et les actions vio­lentes, avé­rées ou pla­ni­fiées, qui sont relayées ne sont pas accep­tables. En consé­quence, confor­mé­ment aux dis­po­si­tions de l’ar­ticle 40 du Code de pro­cé­dure pénale, le pré­fet a sai­si le pro­cu­reur de Répu­blique qui appré­cie­ra les suites à don­ner. Par ailleurs, la pré­fec­ture étu­die tous les moyens légaux à sa dis­po­si­tion.

Par ailleurs, les groupes Face­book “Lille insur­gée”, “Lille Anti-fa”, “Action anti-fas­ciste Nord-Pas-de-Calais”, “Nord en Lutte” et “Fer­mons le bar raciste La Cita­delle” orga­nisent une mani­fes­ta­tion pour la fer­me­ture de La Cita­delle le 23 décembre à 14 heures, place de la Répu­blique.