Al Jazeera infiltre le bar La Citadelle et publie un docu bien flippant

Dans Lille, WTF

Capture d'écran du documentaire "Generation hate" // Al Jazeera

Scroll par là

C’est le genre de documentaire aussi important que glaçant. Un journaliste de la chaîne d’info Al Jazeera a infiltré le bar La Citadelle, bastion nordiste du groupe Génération Identitaire. Six mois sous couverture pour un documentaires en deux parties, dont la première vient d’être publiée sur le Tube. 

La Citadelle, club privé ouvert en 2016 rue des Arts, dans le centre de Lille, est tenue par Aurélien Verhassel, membre de Génération Identitaire, groupe politique d’extrême droite qui n’a jamais caché ses intentions de “remigration” pour toute une partie de la population issue de l’immigration (aussi lointaine soit-elle). Un journaliste d’Al Jazeera, appelé Louis dans le reportage, a infiltré ce groupe lillois pendant six mois. Caméra cachée à l’appui, il a fait parler tout un tas d’adhérents ou sympathisants du club de leurs aspirations pour la France. On vous conseille de vous accrocher, les propos sont brutaux et parfaitement dérangeants. 

En 52 minutes, le documentaire montre toute la violence (physique et verbale) d’adhérents bien installés dans le groupe “Opération Citadelle”. On vous résume les plus hallucinants : 

“Remigration” : le grand projet de Génération Identitaire

Une idée qui consiste à renvoyer dans leur pays d’origine présumé tous les Français d’origine étrangère, ce qui revient à organiser un genre d’épuration ethnique pas piquée des hannetons. Aurélien Verhassel et d’autres adhérents de La Citadelle énoncent ce projet comme une mesure phare de leur programme s’ils accèdent au pouvoir. 

Les liens pas vraiment assumés entre GI et le Rassemblement National

Dans le reportage, le RN s’appelle encore le FN. On y voit des membres du parti fréquenter La Citadelle, discuter avec les membres de GI. Le docu montre aussi les liens ténus entre Aurélien Verhassel et Sébastien Chenu, le monsieur FN de la région, député du Nord, porte-parole du parti de Marine Le Pen. Aurélien Verhassel affirme aussi travailler comme “communicant politique” pour le FN, en sous-main. 

De la violence, de la violence, et de la violence 

Allez, en vrac. Un néo-nazi appelé Le Roux, installé confortablement dans un autre bar, rue Massena, en compagnie d’adhérents de La Citadelle, accueille les gens à coup de “Sieg Heil” et de “Heil Hitler“. A la sortie du bar, un membre de GI, Rémi Falize, met trois coups de poing (avec des gants renforcés, histoire d’être sûr de faire bien mal) à une nana qui avait commis l’erreur de lui demander une clope et d’être d’origine arabe. La semaine suivante, dans les locaux de La Citadelle, il s’en vante en se marrant. Ce même homme raconte par la même occasion que s’il avait “une maladie incurable“, il commettrait un “carnage” au marché de Wazemmes. “Maman, tu ne vas pas au marché de Wazemmes, c’est moi qui y vais. Je vais là-bas, je te fais un carnage. Charlie Hebdo à côté, c’est de la pisse de chien ! ” Pouf, comme ça, ça parle projet de terrorisme au calme. Et on vous passe les autres histoires de bastons – fantasmées ou réelles – racontées par d’autres. 

Des armes pour l’avenir

Bah oui. Quand ils arriveront au pouvoir, il faudra un genre de milice pour tenir tout le monde bien calme. Ça parle kalachnikov, katana, armes de poing, techniques de combat… Et dans le même temps, Aurélien Verhassel, six condamnations au casier principalement pour violence, explique au reporter qu’il ne cherche pas à faire dans la représentation, en se faisant photographier faisant le salut nazi. “Eux, ils veulent la posture, et nous on veut le pouvoir. C’est quelque chose de totalement différent. Nous on s’adapte, on ne se trahit pas. (…) On n’est plus aux ligues fascistes 1900. Ils vivent que de romantisme. C’est beau, c’est mignon, mais ça ne fait pas avancer le schmilblick, quoi.” 

Du coup, Martine Aubry réagit 

La maire de Lille a publié un communiqué de presse ce mardi dans lequel elle explique avoir pris contact avec le préfet pour voir ce qu’il est possible de faire contre La Citadelle. 

Et Aurélien Verhassel aussi 

Cité par France 3, le patron de la Citadelle a dénoncé un reportage “à charge” dont le montage biaise la réalité. Rémi Falize, qui a été filmé par Louis en train de frapper une femme à Massena, est sous le coup d’une procédure d’expulsion de La Citadelle. Il explique aussi qu’un autre, qu’on entend se vanter de “bastons” dans le reportage, se verra refuser sa demande d’adhésion. Il précise au passage que le néo-nazi adepte du bonjour hitlérien n’a “jamais mis un pied à La Citadelle“. 

MAJ // 16h20

La préfecture du Nord a publié ce mercredi un communiqué dénonçant les propos tenus par tous ces braves gens dans le documentaire : “Les propos racistes tenus et les actions violentes, avérées ou planifiées, qui sont relayées ne sont pas acceptables. En conséquence, conformément aux dispositions de l’article 40 du Code de procédure pénale, le préfet a saisi le procureur de République qui appréciera les suites à donner. Par ailleurs, la préfecture étudie tous les moyens légaux à sa disposition.

Par ailleurs, les groupes Facebook “Lille insurgée”, “Lille Anti-fa”, “Action anti-fasciste Nord-Pas-de-Calais”, “Nord en Lutte” et “Fermons le bar raciste La Citadelle” organisent une manifestation pour la fermeture de La Citadelle le 23 décembre à 14 heures, place de la République.