Une pétition contre la pollution à Lille cumule les signatures

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

C’est par­ti d’un coup de gueule d’une habi­tante de Lille, qui en avait marre de mal res­pi­rer dans sa ville. Et il faut croire qu’elle n’é­tait pas la seule du tout. Lan­cée same­di soir, la péti­tion “Pol­lu­tion Lille // Pour que la Mai­rie de Lille agisse !” accu­mule les signa­tures. 

Je ne pen­sais vrai­ment pas que ça pren­drait une telle ampleur”, confie Jane (ce n’est pas son vrai pré­nom parce qu’elle pré­fère res­ter ano­nyme, his­toire de ne pas se mettre plus en avant que la cause qu’elle défend). Mais ce n’est pas du tout pour lui déplaire. Il y a quelques jours, Jane se retrouve avec une amie à dis­cu­ter de la pol­lu­tion de l’air qui lui abîme les pou­mons depuis dix ans. “Je fais de l’asthme, je suis sou­vent malade, et ça c’est depuis que j’ha­bite Lille. A un moment, je me suis dit que j’al­lais por­ter plainte. Mais ce que je veux, c’est que ça se voie sur les réseaux sociaux, que ça fasse un peu tâche.

Elle lance donc une péti­tion sur Change.org, en s’ap­puyant sur un article de France Inter paru la semaine der­ni­rère qui annonce par des faits édi­fiants que Lille connait son soixan­tième pic de pol­lu­tion en 2018 alors que l’OMS n’en tolère que trois par an. Elle crée aus­si un évé­ne­ment Face­book qui ren­voie à la péti­tion. Et la mayon­naise a pris.

“Je tousse, c’est tout”

En quelques jours, plus de 3000 Lil­lois ont lais­sé leur blase, et Jane est contac­tée de toutes parts. “Il y a tout un tas de gens qui m’ap­pellent, c’est fou. Moi, je ne suis qu’une simple citoyenne, je suis apo­li­tique, je ne repré­sente per­sonne. Je tousse, c’est tout.” Et elle n’est mani­fes­te­ment pas la seule.

Ce qu’elle veut, main­te­nant, c’est que la mai­rie s’empare du dos­sier “sérieu­se­ment”. “Je me dis qu’il faut qu’on soit tous concer­nés par ce pro­blème sani­taire. On n’est pas une ville verte, on est par­fois plus pol­lués qu’à Paris. On est vrai­ment très mau­vais élèves. J’ai­me­rais bien qu’on soit au moins dans la moyenne, ce serait déjà pas mal.” En inter­pel­lant la mai­rie, Jane espère que les choses avan­ce­ront, bien sûr. “Que la péti­tion marche, c’est génial, mais ça me dépasse com­plè­te­ment. Il faut que des pros reprennent la cause, que des asso­cia­tions prennent le relais.” Tout en pré­ci­sant qu’elle n’a pas spé­cia­le­ment de dent contre la mai­rie.  “L’i­dée, ce n’est pas de dire Mar­tine Aubry, démis­sion”, tout ça c’est des conne­ries. Il n’y a pas que Lille qui est comme ça.” 

On vous remet le lien de la péti­tion, ça ne coûte rien. Et pour suivre l’ac­tua­li­té pal­pi­tante des par­ti­cules fines dans la région, on vous conseille le site d’Atmo, qui vous donne la qua­li­té de l’air au jour le jour.

Mise à jour 19/12/18, 19h30 : 

La ville de Lille nous a contac­tés pour nous faire par­ve­nir deux lettres que Mar­tine Aubry a envoyées au pré­fet. Les deux (datant de sep­tembre 2012 et sep­tembre 2018) demandent de limi­ter la vitesse de cir­cu­la­tion à 70km/h sur tout le péri­phé­rique lil­lois et des mesures res­tric­tives à l’en­contre des poids lourds (inter­dire leur cir­cu­la­tion entre 7 heures et 8 h 30, et 17 heures et 19 heures).