Être payé pour laisser sa voiture au garage : le projet de la MEL s’est pris un stop

Dans Lille, Politique, Transport
Scroll par là

Tout le monde y croyait, à ce péage positif. La Métropole Européenne de Lille (MEL), son instigatrice, en premier. Mais ce doux rêve ne se réalisera pas : une modif’ du projet de loi d’orientation des mobilités y a mis un terme fin novembre. 

Pour rappel, l’idée de la MEL était de payer des automobilistes qui éviteraient, en contre-partie, de circuler aux heures de pointes, pour désengorger les routes souvent bouchées. Les automobilistes repentis auraient reçu 2 €, pour un maximum de 80 € par mois pour ce geste écolo. Des GPS installés sur les voitures en question auraient permis de vérifier qu’ils respectaient leur engagement.

La MEL en parle depuis 2015, de son fameux péage positif. Le mois dernier, elle disait même que, finally,  le dispositif allait pouvoir rouler fonctionner dès la fin 2019. On savait quand, on savait comment, on savait qui serait concerné. Bref, on attendait plus qu’une chose : la loi d’orientation des mobilités présentée en novembre au conseil des ministres, puis votée dans la foulée. Et c’est là que tout a foiré… 

Lire aussi : 
Laisser sa voiture au garage contre 2 euros : le projet de la MEL prend forme

C’est France Bleu Nord qui a annoncé la mauvaise nouvelle ce mercredi. Tout le chapitre sur les péages, négatifs ou positifs, a disparu du fameux projet de loi. Du coup, pas de vote sur le projet d’écobonus. Pas de vote, pas de loi. Pas de loi, pas de péage positif à Lille. 

Forcément, le boss de la MEL, Damien Castelain, n’a pas caché sa déception : “Je regrette que nous n’ayons pas pu garder ce volet positif pour nos habitants et leur pouvoir d’achat. Tout ça a disparu“, a-t-il expliqué à France Bleu Nord. 

Le média explique ce “rétropédalage” par le “peu d’intérêt porté par les métropoles pour le dispositif” selon le gouvernement. Mais il avance aussi que ce serait une sorte de dommage collatéral du mouvement des gilets jaunes : ce dernier, logiquement contre les péages urbains négatifs, aurait entraîné le retrait du chapitre sur les péages en général par le gouvernement. Sauf que le chapitre en question contenait aussi le fameux péage positif. On a un peu jeté le bébé avec l’eau du bain comme on dit si bien.