“Ils ont raison, agissons ensemble” : Martine Aubry répond à la pétition contre la pollution

Dans C'est green, Lille, Politique

© Patrick James / Archives La Voix du Nord

Scroll par là

En à peine une semaine, une pétition lancée par une Lilloise qui en avait marre de tousser à cause de la pollution a cumulé plus de 4 900 signatures. Directement visée, la maire Martine Aubry va y répondre et a organisé une conf’ de presse pour faire quelques annonces sur le sujet.

Voyez, j’ai une bronchite en ce moment, et la pollution n’y est peut-être pas pour rien“. Martine Aubry, l’assure : elle aussi tousse, elle aussi est bien consciente “qu’on est au pied du mur et qu’il faut lutter activement contre cette pollution de l’air“. 

OK, mais comment ? Puisque c’était quand même ça le leitmotiv de la pétition lancée samedi dernier et adressée directement à la municipalité : que faire concrètement pour que Lille arrête de cumuler soixante jours de pics de pollution en une année quand l’OMS n’en tolère que trois ? 

Lire aussi : 
Une pétition contre la pollution à Lille cumule les signatures

Près de 5 000 personnes ont signé la fameuse pétition en à peine une semaine. Martine Aubry confesse avoir été “étonnée” d’en être la destinataire, arguant qu’elle n’a pas tous les pouvoirs en la matière. “Plusieurs décisions ne m’appartiennent pas et sont du ressort de l’Etat, de la région, de la MEL ou encore de la préfecture, explique-t-elle. Mais, finalement, je suis très heureuse de cette pétition. Parce que ça signifie que les Lillois sont concernés et qu’on va pouvoir travailler ensemble, se motiver, se mobiliser, avoir plus de poids“. 

Munie d’une carte atmosphérique et avec des courriers adressés au préfet à l’appui, la maire a voulu montrer son engagement et celui de la municipalité sur la question. “On n’a pas attendu les rapports scientifiques d’aujourd’hui pour travailler dessus : dès 2012, j’ai adressé une première lettre au préfet lui demandant de réduire la vitesse de 20 km/h sur le périphérique“. Une autre, datée de septembre 2018, a d’ailleurs reçu une réponse positive. 

Vous voyez le trait rouge ? C’est pollué, c’est le périph.

Vous l’aurez compris, ce vendredi, il y a eu quelques annonces à la mairie. On vous les liste en points boulettes pour y respirer voir mieux : 

  • Dès février 2019, la partie sud et est du périph’ sera limitée à 70 km/h : parce que c’est là que se concentre le gros de la circulation routière et donc de la pollution de l’air.
  • La zone 30 qui débarque en 2019 : ça c’est surtout un rappel, on vous en parlait juste .

Lire aussi : 
Lille sera presque entièrement en zone 30 dès fin 2019

  • Une possible interdiction de circulation des poids lourds sur le périphérique lillois aux heures de pointe : la préfecture ne serait pas contre, la municipalité a bossé son sujet et les deux doivent en discuter début janvier si tout va bien.
  • Étoffer l’offre des transports en commun : bon, le doublement des rames de métro a pris du retard à cause du constructeur mais c’est toujours sur les rails cette histoire. La mairie veut aussi continuer à créer des pistes cyclables. 
  • Doubler les parking relais ? Selon la mairie, ils sont toujours pleins et permettent de manière efficace de ne pas voir débouler plein de voitures dans le centre de la ville. Du coup, elle pense à les agrandir.
  • L’acquisition de friches pour créer de nouveaux parcs urbains : pour l’instant, rien de bien concret, mais on devrait en savoir plus le mois prochain. 
  • L’organisation d’un grand débat citoyen sur la pollution au printemps prochain : pour justement rassembler les Lillois mobilisés par ce problème de santé publique et environnemental, en parler, et, pourquoi pas, faire émerger de bonnes idées pour la suite. 

Voilà, c’était la réponse de la mairie à la pétition “Pollution Lille // Pour que la Mairie de Lille agisse !”.