Aya, le festival qui montre que tout le monde peut faire du yoga

Dans Lille, Sueur
Scroll par là

Pen­sez yoga. Vous voyez une grande nana toute mince et incroya­ble­ment souple qui fait ses pos­tures avec grâce et qui trans­pire uni­que­ment de la zéni­tude, hein ? Et bah le yoga, en fait, tout le monde peut en faire. L’as­so­cia­tion Aya compte vous le prou­ver en orga­ni­sant, en mai, la deuxième édi­tion de son fes­ti­val de yoga adap­té.

Obèse, ano­rexique, petit, grand, souple comme un balai brosse, fumeur, malade, han­di­ca­pé, sourd, aveugle, on en passe et des meilleurs. Tout le monde peut faire du yoga. Ce n’est pas une dis­ci­pline éli­tiste, ce n’est pas réser­vé aux femmes, ça ne se pra­tique pas qu’en stu­dio, et ça ne com­porte pas qu’une école. C’est pour­quoi il existe un diplôme uni­ver­si­taire de yoga adap­té à l’U­ni­ver­si­té de Lille, que Nina Gué­neau a fait en 2016. Sage femme (entre-autres) à l’hô­pi­tal Jeanne-de-Flandres, elle souffre aus­si de dou­leurs chro­niques. Mais le yoga a des ver­tus apai­santes.

Je me deman­dais s’il exis­tait un évé­ne­ment à Lille qui pré­sen­tait le yoga adap­té”, raconte-elle. Cer­taines asso­cia­tions ont bien essayé, mais aucun grand ren­dez-vous n’y était dédié. Elle pro­pose alors à l’u­ni­ver­si­té de Lille d’or­ga­ni­ser un fes­ti­val qui pré­sen­te­rait l’é­ten­due des dis­ci­plines et des bien­faits du yoga sur… à peu près tout le monde. La pre­mière édi­tion a lieu en mai 2018, et n’é­tait pas loin d’af­fi­cher com­plet. Trente-cinq inter­ve­nants sont venus de toute la France pour ani­mer des ate­liers et des confé­rences à la facul­té des sports.

Dou­leurs chro­niques, enfants, seniors, han­di­cap, addic­tion… Tous ces thèmes étaient évo­qués pour mon­trer aux par­ti­ci­pants que la dis­ci­pline se plie à ses pra­ti­quants et non l’in­verse. “Ceux qui ont créé des lignées de yoga ont adap­té l’art à ce qu’ils étaient”, pré­cise Nina. Pas de rai­son que ça ne soit pas adap­table à tout le monde, donc. Et Nina croit aux ver­tus thé­ra­peu­tiques de la dis­ci­pline. Elle espère même qu’elle fera son entrée un jour à l’hô­pi­tal.

Ren­dez-vous donc le 11 mai à la fac de sports de Lille. La billet­te­rie et le pro­gramme des ate­liers et confé­rences sera bien­tôt mis en ligne sur Face­book et sur le site d’AYA.