Les soirées dans la halle B de Saint-So, c’est “très ponctuel”

Dans Night Night
Scroll par là

A Saint-So, la norme est la suivante : les concerts et soirées au Bistrot de Saint-So, et les expos et événements dans le hall B, ou halle bunker. A trois reprises en novembre et décembre, il y a aussi eu du gros son dans cette salle d’expo. On a voulu savoir comment-quoi-t-il.

Et du coup, on a appelé Ludwig, qui se charge depuis 7 ans de la programmation musicale du Bistrot de Saint-So. Parce qu’en fait, qu’on se le dise tout de suite, si la halle B commençait à accueillir des concerts de manière un peu régulière, on partait en foufelle direct. Mais Ludwig nous a un peu calmés. C’était exceptionnel. “Il y a déjà eu des concerts dans la halle B, organisés par Lille3000. Ils avaient fait une grosse date hip-hop, il y a quelques années, par exemple. Mais c’est très ponctuel.

Comment est-il parvenu à investir les lieux pour trois soirées en fin d’année dernière, alors ? “En fait, on a juste proposé à la mairie, et ils nous ont laissés faire. Pour la soirée du 30 novembre, on voulait créer deux ambiances : une metal dans la halle A, et une psy-trans dans la halle B.” Le 28 décembre, rebelote, mais avec là un combo disco-electro. Et le 29 décembre c’était une soirée “Bi-goût” alliant metal et drum&bass. “C’était de bonnes soirées, tout s’est très bien passé. Après, il faut prendre en compte le voisinage.” On ne réalise pas comme ça, mais les premières habitations sont plutôt très proches de la gare.

N’empêche. En novembre, quelques collectifs nous écrivent pour nous annoncer l’organisation de soirées dans la halle bunker. “Il y avait une dizaine de soirées prévues.” Le temps avance, et ces mêmes collectifs nous annoncent que les soirées sont finalement annulées. “Ce n’est pas tout à fait ça. La mairie a juste décidé qu’on ne pouvait pas utiliser la halle B.” Le Bistrot de Saint-So devient donc la solution de repli. Et de toutes celles prévues, seules trois soirées ont effectivement lieu dans la halle B. “Le lieu est utilisé six mois de l’année pour des événements Lille3000, et le reste du temps, il peut être loué par des associations ou des entreprises pour leurs événements “, précise Ludwig.

La mairie a le même discours. “Nous facilitons les demandes à chaque fois que c’est possible comme cela a été le cas durant les fêtes“, nous explique-t-on. “La programmation est établie par le Bistrot et discutée avec la ville. Les occupations de la Halle B ne sont possibles qu’au regard des occupations des expositions, des gros évènements de la ville (Lille Neige par exemple). Il arrive souvent que la halle B soit indisponible pendant des périodes de montage / démontage de ces différents évènements.” Comprenez que les soirées organisées dans la halle B en décembre puis annulées étaient trop proches du montage ou du démontage d’événements déjà prévus par la mairie.

On n’en saura pas plus sur le mic-mac qui a conduit au repli de ces soirées dans la halle A. Mais la mairie a tenu a rappeler qu’elle n’a pas de problème avec la techno ou l’electro. “La musique électronique a, comme tous les genres musicaux, sa place à Lille. La ville soutient le festival Les Jardins Electroniques, festival gratuit qui se tient au Jardin des Plantes, subventionne l’Aéronef qui a une importante programmation sur ces styles musicaux; le Name Festival est accueilli depuis 2 ans à la salle du Grand Sud, équipement municipal.” Pas une histoire de style, donc. Juste, apparemment, une histoire de calendrier.