La fac va prêter des ordis portables aux étudiants qui ne peuvent pas s’en payer un

Dans Ch'est bieau, La Fac, Lille
Scroll par là

D’i­ci quelques jours, 112 ordi­na­teurs porta­bles cir­culeront dans les cam­pus à la recherche d’un étu­di­ant qui a dés­espéré­ment besoin de lui pour boss­er. L’U­ni­ver­sité de Lille les a tous achetés et les prête gratos sur critères soci­aux.

Il n’y a qu’à débouler dans un amphi ou, mieux, à la BU, pour voir que l’or­di­na­teur portable fait désor­mais par­tie du pack­age de l’é­tu­di­ant 2019. Même si la fac pos­sède déjà des salles infor­ma­tiques en accès libre, pour les mémoires, thès­es, recherch­es à l’ex­térieur, réseaux soci­aux, skype avec le directeur de mémoire, YouTube, dri­ve avec les potes pour un tra­vail de groupe… Avec un ordi­na­teur portable, c’est quand même plus pra­tique.

Sauf que la fameuse machine, cer­tains étu­di­ants ne peu­vent tout sim­ple­ment pas se l’of­frir. Et ce n’est pas juste. Du coup, l’U­ni­ver­sité de Lille qui s’est don­né comme objec­tif d’être “la plus inclu­sive pos­si­ble” a décidé de prof­iter d’une par­tie de ce qui lui restait du Fonds de Sol­i­dar­ité et de Développe­ment des Ini­tia­tives Etu­di­antes (FSDIE pour les intimes) pour acheter une cen­taine d’ordis.

Ils sont neufs et seront prêtés gra­tu­ite­ment à l’é­tu­di­ant qui en jus­ti­fie le besoin pour un ou deux semes­tres, explique Emmanuelle Jour­dan-Charti­er, vice-prési­dente “vie étu­di­ante” à l’U­ni­ver­sité de Lille. Comme ils sont à des­ti­na­tion des étu­di­ants en dif­fi­cultés finan­cières, ils sont prêtés sur la base de critères soci­aux. Mais ça ne veut pas dire que ça ne con­cerne que les bour­siers : ceux en réori­en­ta­tion ou de nation­al­ité étrangère, par exem­ple, peu­vent égale­ment dépos­er une demande.”

No caution

Cette dernière se fait directe­ment sur le site de l’u­ni­ver­sité ou par l’in­ter­mé­di­aire d’un(e) assistant(e) social(e) du CROUS. La demande est ensuite étudiée par une com­mis­sion com­posée de per­son­nes du FSDIE et du ser­vice infor­ma­tique de la fac (DSI). Si elle est validée, l’é­tu­di­ant peut aller chercher son ordi­na­teur portable une petite semaine après sans avoir besoin de dépos­er de cau­tion. “Ça n’au­rait pas été très cohérent avec la démarche, note la vice-prési­dente. Il ou elle signe tout de même un con­trat d’en­tre­tien, mais c’est tout”.

La machine est prêtée avec sa pochette et la DSI a instal­lé plein de logi­ciels libres à l’in­térieur. C’est d’ailleurs auprès de ce ser­vice qu’il fau­dra aller toquer si le portable vous fait des mis­ères.

Et ce n’est pas fini

Ce pre­mier achat, ce n’est qu’un pre­mier pas vers l’ac­qui­si­tion d’un vrais parc infor­ma­tique portable, con­tin­ue Emmanuelle Jour­dan-Charti­er. On espère avoir des fonds pour en racheter d’autres bien-sûr et on a aus­si lancé un appel à tous nos parte­naires et aux entre­pris­es pour récupér­er leurs ordis non-util­isés”.

Car, selon elle, ce n’est qu’en mix­ant ordi­na­teurs neufs et d’oc­ca­sion que ce nou­veau ser­vice pour­ra fonc­tion­ner sur la durée.

La pre­mière com­mis­sion est prévue pour le 7 févri­er, vous pou­vez donc encore faire votre demande.