Singa, l’asso qui crée du lien entre réfugiés et Lillois

Dans Ch'est bieau, Lille

PHOTO ©SINGA

Scroll par là

Il y a des assos qui aident les réfu­giés dans leurs demandes d’a­sile ou de séjour. Il y a celles qui leur per­mettent d’a­voir un lit et à man­ger. Et il y a Sin­ga, qui leur pro­pose de s’in­té­grer. A Lille, l’as­so regroupe plu­sieurs cen­taines de membre, et recrute des volon­taires.

Une ville, des habi­tants qui la connaissent bien, qui ont leur cercle, leurs habi­tudes… Et des réfu­giés, qui ont débar­qué là sans savoir où aller ni quoi faire. Avec un peu de chance, ils ont été cap­tés par des asso­cia­tions qui les aident pour l’es­sen­tiel : man­ger, boire, dor­mir, et qui les accom­pagnent dans le long che­min de croix qu’est la demande d’a­sile. L’as­so­cia­tion inter­na­tio­nale Sin­ga pro­pose le petit plus qui peut faire la dif­fé­rence, et dont l’es­prit est voi­sin de celui du Nord : accueillir les réfu­giés et les deman­deurs d’a­sile avec gen­tillesse. Rare, hein ?

L’as­so compte plu­sieurs cen­taines de membres à Lille, plus ou moins actifs, bien sûr. Son action est très simple : elle met en rela­tion des Lil­lois et des réfu­giés, pour qu’ils passent du temps ensemble. Du bon, de pré­fé­rence. “Le pro­gramme Bud­dy forme des binômes local/réfugié ou deman­deur d’a­sile, détaille Angèle, membre de Sin­ga Lille. Ça se fait en fonc­tion des centres d’in­té­rêt com­muns.

Un verre, un ciné, un concert…

Vous aimez la gui­tare, le ciné­ma, les musées, la bière, la cui­sine, le foot, l’a­qua­po­ney… C’est l’oc­ca­sion de par­ta­ger cette pas­sion avec un deman­deur d’a­sile ou un réfu­gié qui ne demande qu’à s’in­té­grer et pra­ti­quer le fran­çais dans un cadre plus déten­du qu’en cours de langue. Un autre pro­gramme, CALM pour “Comme à la mai­son”, pro­pose car­ré­ment des colo­ca­tions pour trois mois à douze mois. Et sinon, vous pou­vez tout sim­ple­ment vous rendre rue Malus un mer­cre­di soir, his­toire de consta­ter la force de cette grande com­mu­nau­té. “On y orga­nise les Sin­ga Bla­bla. Tout le monde peut venir et dis­cu­ter avec la com­mu­nau­té.” L’oc­ca­sion rêvée de vous ren­car­der sur l’as­so, de vous ren­sei­gner sur ce que vous pou­vez lui appor­ter, et inver­se­ment.

Ce qui nous amène au pro­chain point : Sin­ga recherche des volon­taires pour ten­ter l’a­ven­ture Bud­dy. L’i­dée est vrai­ment de pas­ser du temps avec un réfu­gié ou un deman­deur d’a­sile qui ne demande qu’à s’ex­traire de son quo­ti­dien, à se chan­ger les idées en fai­sant quelque chose de tout sim­ple­ment chouette. Aller boire un verre, aller au ciné, au musée, à un concert, visi­ter Lille, faire du shop­ping… Juste pas­ser du bon temps.

Si ça vous tente, vous pou­vez déjà vous rendre sur le site de Sin­ga, ou bien vous rendre au 23, rue Malus, n’im­porte quel mer­cre­di de l’an­née, à par­tir de 18 h 30. C’est gra­tuit et ça peut appor­ter beau­coup.