Who run the webworld ? C’est la question qui agitera le Grand Barouf Numérique en mars

Dans Geek, Lille, Politique
Scroll par là

Le Grand Barouf Numé­rique porte plu­tôt bien son nom : chaque année il réunit à la CCI de Lille pen­dant deux jours tout un tas de gens, experts comme ama­teurs, autour d’une ques­tion qui touche la socié­té numé­rique (c’est à dire qua­si toute la socié­té à l’heure actuelle). C’est gra­tuit et la 3e édi­tion est pré­vue les 20 et 21 mars pro­chains.

On vous fait un bref fla­sh­back : à l’o­ri­gine du Web, il n’y a pas de Big Bang mais un Bri­tan­nique logi­que­ment doué en infor­ma­tique : Tho­mas Ber­ners-Lee. C’est de sa brillante caboche que sont nés le http, le html ou encore l’URL. On est en 1989 et si Tho­mas a créé tous ces nou­veaux pro­to­coles, c’est qu’il avait un idéal : contri­buer à l’é­man­ci­pa­tion des indi­vi­dus en leur don­nant un accès gra­tuit et libre à un nombre incal­cu­lable de res­sources. C’é­tait beau.

Il y a clai­re­ment eu de bons déra­pages depuis. Aujourd’­hui, quand on regarde le monde du Web avec un peu de recul (avec Google ou Face­book en orbite autour), on pense plu­tôt à thunes, com­merce des don­nées, data cen­ters et réchauf­fe­ment cli­ma­tique, cyber-har­cè­le­ment, dérives des réseaux sociaux etc.

Bref, le boss du Web aujourd’­hui, ce n’est clai­re­ment plus son inven­teur, qui le dit lui même : sa créa­ture lui a un peu beau­coup échap­pé. Mais alors, du coup, qui gou­verne ce monde aujourd’­hui ?

Retour aux sources

C’est jus­te­ment la ques­tion que se pose la 3e édi­tion du Grand Barouf Numé­rique de la MEL qui revient à la CCI les 20 et 21 mars. On va pou­voir débattre, apprendre et papo­ter autour de ce vaste sujet avec pour but affi­ché d’i­ma­gi­ner le Web éthique et éco­lo-res­pon­sable de demain.

Et pour ça, le Grand Barouf a un pro­gramme riche en key­notes, ate­liers et confé­rences avec des invi­tés qui valent leur pesant d’or digi­tal, venus du monde entier comme :

  • Sébas­tien Soria­no, pré­sident de l’AR­CEP (Auto­ri­té de régu­la­tion des com­mu­ni­ca­tions élec­tro­niques et des Postes)
  • Pau­la Ber­man (Bré­sil) de Earth Demo­cra­ty Foun­da­tion
  • Nan­ji­ra Sam­bu­li (Kenya) de la Web Foun­da­tion
  • Gas­pard Koe­nig, fon­da­teur du think-tank Géné­ra­tion Libre
  • Wend­sler Nosie Sr., acti­viste amé­ri­cain
  • Pierre Mazet, cher­cheur en sciences sociales
  • et encore plein d’autres à décou­vrir juste ici

Vous l’au­rez com­pris, on va pas mal dis­cu­ter autour de l’u­ti­li­sa­tion des don­nées (les don­ner pour le meilleur et pour le pire ?), sur l’ac­cès au numé­rique pour tous et sur la tran­si­tion éco­lo­gique que le Web doit lui aus­si inté­grer.

Député fictif avec impact réel ?

Tout ce Grand Barouf ne ser­vi­ra pas qu’à pen­ser dans le vent : en y par­ti­ci­pant, cha­cun devien­dra un genre de dépu­té d’une assem­blée par­le­men­taire fic­tive créée pour l’oc­cas’ où on pour­ra voter pour des pro­po­si­tions de loi après avoir par­ti­ci­pé à tel ate­lier, à telle confé­rence ou à tel jeu de rôle (oui il y en a aus­si au pro­gramme).

A la fin des deux jours de Grand Barouf, on comp­ta­bi­lise les votes et, sur­tout, on les pré­sente aux par­le­men­taires et élus du coin (on rap­pelle en pas­sant que c’est la MEL qui orga­nise l’é­vé­ne­ment) lors d’un débat public pour qu’ils intègrent les ques­tions, les peurs mais aus­si les idées et les solu­tions des citoyens venus se faire du bien aux neu­rones pour cette 3e édi­tion.

Parce que l’ac­cès au Web ne devrait pas être une ques­tion d’argent, celui au Grand Barouf Numé­rique est gra­tuit. Il faut juste cho­per son billet en ligne sur son site inter­net et se poin­ter les 20 et 21 mars pro­chain à la CCI Grand Lille dans le centre-ville. Et pour décou­vrir le reste du pro­gramme, c’est par ici.