Le Musée d’Histoire Naturelle va prendre du galon (et des m²)

Dans Culturons-nous, Lille
Scroll par là

Aujourd’hui, seuls 5% des 450 000 objets du musée sont exposés. Et c’est quand même bien dommage. Mais ça va changer : la mairie de Lille a annoncé avoir des fonds (sonnants et trébuchants) pour faire évoluer le bâtiment en Musée de la Nature, de l’Homme et des Civilisations. On vous spoile explique tout. 

En février, le Musée d’Histoire Naturelle (MHN) de la rue de Bruxelles dévoilait son nouveau département de géologie flambant neuf.

De quoi continuer à redynamiser le lieu culturel qui affiche 28% de hausse de fréquentation l’année dernière. Le MHN doit donc suivre la cadence côté expos, scénographies et tutti quanti. Sauf qu’avec les 200m² de surface d’exposition actuels, il a un peu de mal à voir plus grand.

Histoire naturelle du musée

Pendant un moment, on pensait qu’il déménagerait pas très loin, dans l’ancien collège Jean-Macé qui fait face au parc J. B. Lebas. Mais finalement non. Ça n’aurait pourtant pas été son premier déménagement. Pour vous refaire un peu la petite histoire de ce musée, il faut remonter 200 ans en arrière, du temps où la mairie de Lille se trouvait au Palais Rihour. C’est là, vers 1816, qu’une société de savants lillois expose au public sa collection d’insectes et de fauves passés par la taxidermie.

Quelques années plus tard, dans les années 1850, toute la collection est léguée à la ville pour qu’elle serve dans la toute nouvelle faculté des Sciences qui vient d’ouvrir dans le Vieux-Lille. Le bâtiment qu’on connaît aujourd’hui, rue de Bruxelles, n’a en réalité été commandé qu’en 1897 quand la faculté des sciences est venue rejoindre les autres facultés de la ville qui squattaient toutes l’actuel quartier de Science-Po Lille.

La galerie principale n’a pratiquement pas bougé depuis. Les vitrines sont d’ailleurs les mêmes et toujours au même endroit qu’en 1910.

Coucou petites momies @MHN

Evolution en cours

Il était grand temps que le musée, tout comme l’Homme et les Pokémon avant lui, évolue lui aussi. Pour l’instant, le projet est encore dans sa phase de réflexion. Mais grosso modo, ce que veut la municipalité, c’est le transformer à terme en Musée de la Nature, de l’Homme et des Civilisations.

Et ça commencera à partir de 2020 en se donnant une entrée digne de ce nom. Avec une vraie billetterie, un sas d’entrée, des bacs pour déposer ses affaires… et des toilettes qui ne nécessitent pas de traverser tout le musée pour y accéder.

Et où va-t-on trouver ces m2 supplémentaires nous direz vous ? Juste à côté en fait, dans les locaux de la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités (MRES) qui doit déménager avant la fin de l’année.

Les espaces du rez-de-chaussée de l’aile Sud du bâtiment sont d’une surface de 450 m² ce qui permettra de créer de vrais espaces d’accueil pour les publics“, explique-t- on au musée.

Ce qui veut dire aussi que l’entrée se fera rue Gosselet et non plus rue de Bruxelles. Ce qui veut aussi dire que le musée va continuer à se répandre dans le bâtiment pour pouvoir montrer beaucoup plus de ses objets.

Vous le saviez vous que le musée avait, en plus de la zoologie et de la géologie, une collection ethnographique et de sciences et techniques ? Les pauvres restent cachées depuis des décennies, faute de place pour elles…

Non vraiment, il était temps que tout ça évolue.