Les ateliers Remyco, futur repaire du street art made in Roubaix

Dans Ch'est bieau, Culturons-nous

©Ateliers Remyco

Scroll par là

Que Roubaix soit devenue une ville reconnue en street-art, on n’en doutait plus. De plus en plus d’artistes du coin et d’ailleurs s’y regroupent pour bomber leur talent sur ses façades. Mais les street-artists ont aussi besoin d’ateliers pour bosser. Ils auront leur propre lieu d’ici quelques mois, rue Remy Cogghe.

Aujourd’hui, pas mal de street-artists du secteur bossent de chez eux ou ont investi un box des Ateliers Jouret, repaire d’artistes dans le centre-ville de Roubaix. Sauf que dès qu’il faut bomber quelque chose, ça devient un peu compliqué de ne pas en faire profiter son voisin céramiste ou graphiste.

Depuis un an, plusieurs collectifs et artistes ont dans l’idée de monter un projet associatif et d’ouvrir de nouveaux Ateliers Jouret mais, cette fois-ci, en mode 100% street-art et cultures urbaines. C’est beau sur le papier. Dans la réalité, tout ça est un peu plus compliqué à mettre en place. Loïc Trinel a donc décidé de leur donner un coup de main. Le directeur de l’office de tourisme de Roubaix et du musée de la Manufacture s’est investi de manière personnelle avec toute son expérience sous le bras.

Que Roubaix devienne un symbole du street-art, c’est quelque chose d’évident pour moi. Aujourd’hui, on doit avoir autour de 90 spots, explique-t-il. Et ils sont un noyau dur d’une grosse dizaine d’artistes dans le projet, ce n’est pas rien“. On compte parmi eux des membres du Collectif Renart, Des Friches et des Lettres ou encore Mr VOul. “D’autres ont déjà laissé entendre qu’ils pourraient rejoindre l’aventure un peu plus tard, il n’y avait finalement plus qu’à trouver un lieu et lancer la machine“.

Lire aussi :
Sept nouvelles œuvres street-art à aller débusquer à Roubaix

Le lieu, c’est donc désormais chose faite : tout ce beau petit monde se retrouvera d’ici six mois au 32 Remy-Cogghe, dans les anciens locaux d’une usine de confection. “Les travaux vont démarrer car, pour l’instant, on est sur un plateau d’usine brut de 850m² qu’on doit aménager selon les besoins des différents artistes“, détaille Loïc Trinel.

A terme, on devrait y retrouver un grand espace collectif avec plein de matos à disposition pour de la menuiserie ou de la bombe par exemple. Des ateliers/box personnels seront aussi montés et pourront être loués par des artistes, des assos ou des agents. “On veut également ouvrir les portes au public de temps à autre pour des expos, des ateliers ou des moments forts comme la Nuit des Arts“. Surtout qu’il y aura un espace cafèt’ pas riquiqui du tout qui pourra accueillir tout ce beau monde comme il se soit.

©Ateliers Remyco
©Ateliers Remyco

Bref, niveau fonctionnement, on retrouve l’esprit des Ateliers Jouret. Sauf que là ce seront les Ateliers Remyco. Un nom trouvé par les street-artists impliqués dans le projet en hommage à la rue qui les accueille. La ville de Roubaix a logiquement été mise dans la boucle, elle aussi, notamment pour utiliser certains murs qui jouxtent les futurs Atelier Remyco. Des partenariats avec d’autres structures roubaisiennes, comme le Colisée qui se trouve à côté, sont déjà dans les tuyaux.

Une première expo est prévue pour début avril pour inviter tout le monde à participer à l’aventure et découvrir en avant-première toute cette joyeuse troupe dans son nouveau lieu. On reviendra vous en toucher un mot en temps et en heure, pas de souci.

Si vous êtes un artiste ou un collectif qui bosse dans le monde merveilleux des cultures urbaines et que le projet vous botte : ateliers.remyco@gmail.com