Oubliez la page blanche, un coworking littéraire ouvre en avril à Moulins

Dans Chill, Culturons-nous, Lille
Scroll par là

Est-ce que vous saviez qu’il exis­tait un écrin de nature en plein quar­tier Mou­lins où l’on n’en­tend que les oiseaux gazouiller et les artistes s’ex­pri­mer ? Ce lieu hors du temps, c’est la Gale­rie de la Col­lé­giale et dans quelques semaines, elle accueille­ra Inci­pit, le pre­mier cowor­king lit­té­raire lil­lois.

Notre propre ordi­na­teur est plein de début de nou­velles et de roman inache­vés. Blo­cages, mau­vaises condi­tions, pas le temps, on pour­rait d’ailleurs écrire un roman rien qu’a­vec toutes ces excuses. Ecrire, c’est génial. Ce n’est pas nous qui allons vous dire le contraire. Sauf qu’é­crire demande aus­si du calme et de l’ef­fer­ves­cence, du génie et de la patience, de la concen­tra­tion et du par­tage. Et on a beau aimer écrire, le syn­drome de la page blanche plane tou­jours comme une épée de Damo­clès.

Ce sont tous ces freins à la créa­tion que sou­haite lever Inci­pit, un pro­jet de cowor­king lit­té­raire mené par Caro­line et Julien, deux pas­sion­nés d’é­cri­ture, for­més à Lille 3 mais sur­tout par leurs ren­contres lit­té­raires et les ate­liers d’é­cri­tures.

Des gens qui veulent écrire mais qui n’ont pas les bonnes condi­tions pour se lan­cer, conti­nuer ou ache­ver leur pro­jet lit­té­raire, il y en a plein, explique Caro­line. C’est de là qu’est née notre idée de pro­po­ser cette rési­dence d’é­cri­vains ama­teurs, dans ce cadre de la Col­lé­giale avec tous les outils qui pour­raient leur man­quer”.

La Gale­rie Col­lé­giale de Véro­nique Dalle est un écrin de ver­dure hors du temps et de la ville où l’art foi­sonne sous toutes ses formes depuis 2012. Y ins­tal­ler Inci­pit était une évi­dence pour Caro­line et Julien. Ce der­nier y anime déjà des ate­liers d’é­cri­ture heb­do­ma­daires “mais Inci­pit est dif­fé­rent, note-t-il. On ne pro­pose pas un ate­lier d’é­cri­ture mais bien une rési­dence de plu­sieurs semaines pour celles et ceux qui aime­raient enfin s’of­frir du temps et le consa­crer à son pro­jet lit­té­raire per­so”.

Le jar­din de la Col­lé­giale où aucun bruit de voi­ture ne par­vient. (Tes­té et approu­vé par nos soins).©L’Art à Lille

Comme un cowor­king clas­sique, il y aura des horaires d’ou­ver­ture où les écri­vains en herbe pour­ront accé­der libre­ment à la Col­lé­giale. Une foule de ser­vices seront pro­po­sés en paral­lèle par le duo : des ren­contres en groupes, des relec­tures, des conseils, des apé­ros lit­té­raires ou encore des mas­ter­class avec des auteurs régio­naux. Bref, tout ce qu’il faut pour faire foi­son­ner les beaux mots.

La pre­mière ses­sion d’In­ci­pit démarre dès avril et doit se ter­mi­ner en juin. “C’est la ses­sion pilote, ça veut dire qu’on res­ter très flexibles sur les attentes des par­ti­ci­pants et qu’on va conti­nuer de construire le pro­jet avec eux et selon eux”, pré­cise Caro­line. Julien et elle ne se rému­nèrent pas mais ils demandent une par­ti­ci­pa­tion de 60€ pour tout le package de trois mois qui seront réin­jec­tés dans le pro­jet.

Pour en savoir plus, on ne peut que vous conseiller de vous rendre à leur réunion d’in­for­ma­tion du 4 avril pro­chain à 19 heures pour ren­con­trer Caro et Julien et décou­vrir la Col­lé­giale. Elle se trouve au 15 rue de Seclin et vous pou­vez aus­si écrire direc­te­ment à incipit.lille@gmail.com