Le Piano Day vient réconcilier classique et électronique aux Beaux-Arts en avril

Dans Culturons-nous, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Le Pia­no Day, c’est un ren­dez-vous inter­na­tio­nal et incon­tour­nable pour les amou­reux du pia­no. Par chez nous, ce sont les Cha­rades Elec­tro­niques qui sont à la manœuvre depuis trois ans. Pour la pre­mière fois, cette édi­tion inves­tit l’au­di­to­rium du Palais des Beaux-Arts de Lille le 3 avril pro­chain.

Clas­sique et élec­tro­nique sont incom­pa­tibles ? Pas quand il s’a­git de musique. La Lil­loise Flo­rence Meu­le­man en est inti­me­ment convain­cue et le prouve via les Cha­rades Elec­tro­niques, son pro­jet musi­cal né en 2015 et qui pro­meut les cultures… élec­tro­niques.

C’est une com­mu­nau­té d’ar­tistes pas­sion­nés et un pro­gramme qui est là pour faci­li­ter les échanges entres les musi­ciens et les par­te­naires, explique cette auto­di­dacte. Ce pro­jet du Pia­no Day, par exemple, on le porte depuis trois édi­tions sans sub­ven­tions, avec un bud­get minime mais avec une ambi­tion forte : prou­ver que les liai­sons entre les musiques clas­sique et élec­tro­nique sont natu­relles”.

Le Pia­no Day est en soi une célé­bra­tion du pia­no à tra­vers le monde. Flo­rence et les Cha­rades Elec­tro­niques en ont fait un ren­dez-vous métro­po­li­tain et les deux pre­mières édi­tions, basées au Café de Paris de Tour­coing, ont ter­mi­nées sold-out. Pour 2019, la troi­sième édi­tion est donc logi­que­ment mon­tée en gamme : elle inves­tit le 3 avril pro­chain l’au­di­to­rium du Palais des Beaux-Arts de Lille qui peut accueillir jus­qu’à 150 paires d’o­reilles atten­tives.

Le line-up

Entrons dans le vif du sujet et du pia­no : pour sa pro­gram­ma­tion, Flo­rence a fait appel à des artistes dont elle admire le talent. “Plus que des artistes, ce sont des plu­ri-artistes. Ils ont tous un don pour la musique mais entre­tiennent des liens vers d’autres arts”.

A com­men­cer par le Grec Hior Chro­nik. Pro­duc­teur de radio, rédac’ chef de maga­zine de musique, il com­pose aujourd’­hui des mélo­dies au pia­no avec une domi­nante mini­male dont cer­taines se retrouvent dans la BO de films.

La soi­rée conti­nue­ra sous le talent de Holeg Spies qui est tout sim­ple­ment l’un des pion­niers du métis­sage des genres musi­caux. Cet artiste fran­çais a la musique élec­tro­nique dans le sang et la marie avec sub­ti­li­té avec d’autres ins­tru­ments, d’autres genres, à tra­vers un voyage ima­gi­naire. Le 3 avril, il sera accom­pa­gné de Patrick Savage.

On ter­mi­ne­ra avec une Lil­loise : Geral­dine Kwik, pia­niste aux mille talents dont celui de sound desi­gneuse (vous enten­drez cer­tains de ses sons lors du Video Map­ping Fes­ti­val fin mars par exemple). C’est une artiste en herbe chère au coeur des Cha­rades Elec­tro­niques avec qui elle a déjà col­la­bo­ré lors de pré­cé­dentes édi­tions du Pia­no Day. Cette année, elle offre sa deuxième per­for­mance inti­tu­lée Wal­king Man au côté d’Em­ma­nuel Kowan­dy.

Le Pia­no Day, c’est offi­ciel­le­ment le 29 mars mais, à Lille, on le fête le 3 avril à l’au­di­to­rium des Beaux-Arts à par­tir de 19 heures. On vous file le lien de l’event Face­book pour plus de pra­ti­ci­té mais aus­si (et sur­tout) un lien vers la billet­te­rie pour réser­ver votre place : il vous en coû­te­ra 14€ en tarif et 8€ si vous êtes étu­diant ou sans-emploi.