A Répu, tentez de sauter de sept mètres de haut pour la bonne cause

Dans Ch'est bieau, Lille, Santé !
Scroll par là

Vous ne le savez peut-être pas (encore) mais la pre­mière semaine d’a­vril est dédiée à la mobi­li­sa­tion pour le don de moelle osseuse. Un geste qui peut sau­ver des vies mais qui peut aus­si faire peur aux poten­tiels don­neurs. Alors qu’en réa­li­té, c’est moins com­pli­qué que de sau­ter de 7 mètres. Et l’A­gence de la bio­mé­de­cine va vous le prou­ver.

Com­ment ? Tout sim­ple­ment en ins­tal­lant une pla­te­forme haute de 7 mètres place de la Répu­blique et en vous met­tant au défi de sau­ter. Des pros seront là pour vous équi­per et vous aider à sau­ter le pas. Le but de l’o­pé­ra­tion ? Prou­ver que “com­pa­ré à un saut de 7 mètres, ce n’est pas si dur de don­ner sa moelle osseuse”.

La fameuse pla­te­forme doit être ins­tal­lée mar­di 2 avril à Répu­blique pour vous lais­ser sau­ter de midi à 19 heures. Vous vous dou­tez bien qu’il y aura éga­le­ment sur place une foule de gens enga­gés pour la cause du don de moelle osseuse : équipe médi­cale, don­neurs, gref­fés, asso­cia­tions…

Moelle osseuse, kesako ?

Pour vous faire un bref topo sur la chose, sachez tout de même que la moelle osseuse (située dans les os donc) est juste indis­pen­sable à la vie. C’est elle qui assure la pro­duc­tion des cel­lules souches héma­to­poïé­tiques, c’est-à-dire celles qui per­mettent de pro­duire vos cel­lules san­guines (glo­bules blancs, rouges et les pla­quettes).

Mais la moelle osseuse est aus­si là pour pro­duire les cel­lules immu­ni­taires pour évi­ter que notre corps ne chope tout ce qui passe par chez nous niveau microbes.

Logi­que­ment et mal­heu­reu­se­ment, ceux qui ont des pro­blèmes au niveau de leur moelle osseuse déclarent des mala­dies liées prin­ci­pa­le­ment au sang comme la leu­cé­mie ou la dré­pa­no­cy­tose. Ils peuvent éga­le­ment décla­rer des ané­mies ou de gros défi­cits immu­ni­taires.

Comment donner ?

Les équipes médi­cales qui seront à Répu­blique mar­di pro­chain vous expli­que­ront for­cé­ment ça mieux que nous. Mais pour vous faire une idée, sachez qu’il existe deux formes de pré­lè­ve­ment chez les don­neurs :

  • celui dans les os pos­té­rieurs du bas­sin qui néces­site une hos­pi­ta­li­sa­tion de 48 heures
  • celui par aphé­rèse qui per­met de faire pas­ser ce pré­lè­ve­ment via le sang

Pour deve­nir don­neur, une seule solu­tion : s’ins­crire sur un registre. Et pour en savoir plus, vous savez ce qu’il fous reste à faire mar­di 2 avril. Mais vous avez aus­si un site très com­plet pour vous ren­sei­gner. Et sinon il y aus­si un event Face­book.