We Are Ara, l’Americana citadin avec vue sur le beffroi

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Il y a eu un léger chan­ge­ment du côté du Pain Quo­ti­dien de la rue de Paris Pierre-Mau­roy. Même équipe, mêmes gérants à pre­mière vue. Mais le nom et la carte n’ont plus le même plu­mage depuis la mi-mars. On est donc allés man­ger un bout au nou­veau res­to We Are Ara.

Cou­leurs pas­tels, décor ver­doyant et carte qui réchauffe les papilles. Bien­ve­nue chez We are Ara, digne petit frère de l’Ame­ri­ca­na de Marcq-en-Baroeul. Et les deux ont fina­le­ment un peu la même his­toire. Ce qui n’est pas éton­nant quand on a les mêmes parents, à savoir Xavier Pipart et Izau­ra Oli­vei­ra.

Les gérants sont d’a­bord connus à Lille pour avoir lan­cé le pre­mier Pain Quo­ti­dien de la ville. Il y a encore quelques années, l’A­me­ri­ca­na, tout comme We are Ara, était d’ailleurs un Pain Quo­ti­dien. Tout ça pour dire que le couple avait beau aimer ce concept, ils ont fina­le­ment fait mûrir le leur en même temps. Lors­qu’il est arri­vé à matu­ra­tion, ils l’ont tout sim­ple­ment lan­cé.

Être fran­chise Pain Quo­ti­dien pen­dant toutes ces années nous allait très bien, explique Xavier. On y a ren­for­cé nos valeurs et notre amour de la qua­li­té. Mais à un moment, on a eu l’op­por­tu­ni­té de faire prendre vie à ce concept qui nous tenait à coeur : la gas­tro­no­mie popu­laire des Amé­riques”.

Voi­là com­ment l’A­me­ri­ca­na a pris, en juillet 2017, les cou­leurs d’une ter­rasse sur un trot­toir de Copa­ca­ba­na. Izau­ra, ori­gi­naire du Bré­sil, a mis ses talents de déco­ra­trice d’in­té­rieur au ser­vice du lieu. “On ne vou­lait pas tom­bés dans le cli­ché et, au contraire, déco­rer avec sub­ti­li­té, par touches”, détaille Xavier.

Chez We are Ara, la for­mule est exac­te­ment la même. “C’est l’A­me­ri­ca­na cita­din”, résume l’un des employés. A l’en­trée, on retrouve ce vert pro­fond, végé­tal et exo­tique. Plus on s’en­fonce dans le res­tau­rant, plus les cou­leurs se font douces, pour faire un clin d’oeil à Venice Beach.

La ter­rasse ne donne pas sur la plage mais sur le Bef­froi et l’O­pé­ra. La carte salée, éla­bo­rée par Hugo, le chef de l’A­me­ri­ca­na, est ryth­mée de Coco Veg­gie, Hawaïn Poke et de Black Lemon. Pour le petit déj, le Açaï Bowl est au ren­dez-vous avec d’autres mets vita­mi­nés. Et pour le des­sert, c’est Made­moi­selle Pâtisse de Mou­vaux qui régale.

On veut juste faire du beau, du bon et du gour­mand”. Pour ce qui est de leur amoure de la nature, Xavier et Izau­ra le font trans­pa­raître dans le nom de leur nou­vel éta­blis­se­ment. “On sou­hai­tait avoir un nom décon­nec­té de l’a­li­men­taire. L’A­ra est un per­ro­quet rare et en voie de dis­pa­ri­tion, on l’a choi­si pour ça et son côté bien­veillant. C’est notre façon à nous de contri­buer à la pro­tec­tion des ani­maux et de la nature”. Le côté don­neur de leçon, ce n’est pas trop “leur truc”. Ils pré­fèrent miser sur des actions à leur niveau avec de futures col­lab’ avec des assos envi­ron­ne­men­tales, un packa­ging moins pol­luant et des pro­duits qui viennent du coin comme du pois­son bou­lon­nais pour leur ceviche.

La carte a d’autres atouts et l’a­van­tage, c’est qu’on peut aller la décou­vrir tous les jours : We Are Ara est ouvert de 9 heures à 18 heures du dimanche au ven­dre­di et de 9 heures à 19 heures le same­di. Et c’est au 14/16 rue Pierre Mau­roy pour ceux qui auraient un trou de mémoire.