Potager City débarque dans les Hauts de France

Dans C'est green, Food Porn
Scroll par là

Lancé en 2007,  le con­cept de Potager City est claire­ment précurseur sur le sujet : un sys­tème de livrai­son de box de légumes ‘’issus d’une agri­cul­ture raison­née et de pro­duc­teurs locaux’’ à com­man­der en ligne. Les pro­duits sont de saisons et vari­ent en fonc­tion. La bonne idée nous vient de Lyon et arrive à Lille.

Si on y réflé­chit, ça fait rel­a­tive­ment peu de temps qu’on par­le très sérieuse­ment d’al­i­men­ta­tion en cir­cuit court et de val­ori­sa­tion des pro­duc­teurs locaux. Potager City est juste sur le coup depuis 11 ans. For­cé­ment ça fait la dif­férence. Aujourd’hui, les gens sont beau­coup plus nom­breux à vouloir mieux con­som­mer sans for­cé­ment avoir le temps ou les moyens d’aller faire le tour des fer­mes et exploita­tions agri­coles autour de la métro­pole lil­loise.

Sur leur site très bien ficelé et intu­itif, vous sélec­tion­nez directe­ment le départe­ment qui vous intéresse, vous com­man­der et allez retir­er la box dans un point relais (ils sont nom­breux, partout dans Lille et ses alen­tours).

Evidem­ment, cir­cuit court oblige, le con­tenu des box dépen­dra de la région où vous résidez. Pour les Hauts de France, pen­dant le mois d’Avril vous avez par exem­ple :

  • frais­es
  • radis
  • rhubarbe
  • carottes
  • pommes de terre
  • salade feuille de chêne

Le point posi­tif c’est qu’on ne risque pas de se lass­er puisque le con­tenu change chaque semaine. Si vous n’avez jamais testé la rhubarbe au moins vous serez fixés.

Le petit plus qui fait plaisir : des idées de recettes (beau­coup sont végé­tari­ennes) adap­tées aux légumes livrés. C’est pas grand-chose et pour­tant ça sauve des soirées à éviter de fix­er l’intérieur de son fri­go sans savoir quoi cuisin­er.

Que vous soyez étu­di­ant dans un stu­dio, que vous viviez en cou­ple ou en col­loc, les box de MyPotager sont dis­po en plusieurs for­mats. Et oui, il est pos­si­ble d’ajouter des rations sup­plé­men­taires pour les gros mangeurs.

En plus de ça vous pou­vez annuler ou chang­er des élé­ments dans votre com­mande si celle-ci n’a pas encore été expédiée, bref, c’est un peu le tur­fu. Si vous avez envie de chang­er vos habi­tudes ali­men­taires et d’arrêter d’acheter des légumes en grandes sur­faces, c’est quand même une bonne alter­na­tive.

Bien sûr, si le ‘’tout numérique’’ vous gêne, on rap­pelle qu’il existe pas mal de réseaux encore trop mécon­nus pour se fournir chez des pro­duc­teurs locaux en cir­cuit court comme les AMAP (Asso­ci­a­tion pour le Main­tien d’une Agri­cul­ture Paysanne) ou les marchés de pro­duc­teurs comme celui de Phalempin.

Bref, allez check­er leur site ain­si que la page Face­book très active et intéres­sante.