Dans les coulisses de la parade Eldorado

Dans Article Sponsorisé, Ch'est bieau
Scroll par là

Arti­cle spon­sorisé @Lille3000

Plus que quelques dodos et toute la ville se met­tra à l’heure mex­i­caine. Le 27 avril démar­rera la sai­son Eldo­ra­do de Lille3000. En guise d’in­au­gu­ra­tion, une parade géante qui défil­era dans le cen­tre-ville le soir venu. On a fait un petit tour dans les couliss­es de cette parade. Et elle s’an­nonce canon.

Il y a les morts, les Fri­da, les ale­bri­jes et les catcheurs. Env­i­ron 150 de chaque. Les danseurs bénév­oles qui défileront lors de la parade d’in­au­gu­ra­tion Eldo­ra­do répè­tent, au Grand Sud, leur choré­gra­phie.

Ce mar­di soir, ce sont les morts et les ale­bri­jes qui ont trois heures pour tout revoir. “Ce sont deux choré­graphes parisiens qui les coachent, détaille Fan­ny Bouyagui, patronne d’Art Point M, en charge de l’or­gan­i­sa­tion de cette parade. Je les ai choi­sis parce qu’ils vien­nent du hip-hop, de la danse urbaine.” Dans l’une des immenses salles du Grand Sud, Alexan­dre Fan­dard fait révis­er leurs pas aux ale­bri­jes, tan­dis que Leila Lemonies de Sagazan entraîne les morts.

A dix jours de la parade (qui réu­ni­ra au total 3 000 par­tic­i­pants), tout va bien, les bénév­oles sont au taquet, reti­en­nent bien leur pas. La choré ressem­ble à quelque chose. Plus dif­fi­cile quand il s’ag­it de la faire en marchant. “La ligne devant nous marche trop lente­ment, on ne peut pas suiv­re le rythme”, se plaint une morte. Les place­ments changent, les derniers arrange­ments sont mis en place.

Danseurs magnétiques

Dans un coin, Fan­ny Bouyagui observe. Elle cherche les 45 danseurs qui seront sur les cinq chars de la parade. “Je ne cherche pas les meilleurs danseurs, ni les grandes pin-up les mieux gaulées. Je veux ceux qui sont les plus mag­né­tiques…” Déco­ra­tion des chars, con­cep­tion des six cents cos­tumes, des acces­soires et des maquil­lages, design des har­monies qui accom­pa­g­neront les danseurs… Sept mois que Fan­ny Bouyagui bosse sur cette parade avec Art Point M. Pas une pre­mière (le défilé Castel­ba­jac sur la Grand-Place en 2012, c’é­tait déjà elle), mais un bon gros défi tout de même. “La dernière fois, on était sur une scène fixe. Là, tout est en mou­ve­ment.

Tout sera prêt pour le défilé. Les bénév­oles sont invités à des ate­liers pour faire eux-mêmes leurs acces­soires et leur maquil­lage. Et Fan­ny est sere­ine. “Hon­nête­ment, tout roule, on n’a pas de galère. Tout se passe hyper bien.” Ren­dez-vous le 27 avril à par­tir de 19h30 pour voir le résul­tat.

Tiens, on vous met le par­cours de la parade, his­toire de vous aider à vous posi­tion­ner au bon endroit pour tout voir.

Et Eldo­ra­do a un site inter­net, qu’il con­vient de con­sul­ter si vous voulez vous faire un avis sur le reste du pro­gramme ten­tac­u­laire de cette sai­son Lille3000.

Arti­cle spon­sorisé @Lille3000