A la Condition Publique, on coupe les Fiat en deux pour en faire des friteries

Dans Ch'est bieau, Food Porn, Lille

©Nicolas Lee

Scroll par là

C’est une drôle d’i­dée. Curieuse et drôle, en fait. L’ar­tiste Bene­det­to Bufa­li­no, en rési­dence à la Condi­tion Publique a trans­for­mé un cou­pé Fiat en fri­te­rie. Une ins­tal­la­tion canon que vous pour­rez voir à Rou­baix en juillet.

C’est une belle bagnole rouge ruti­lante, comme neuve. Sauf qu’elle est est cou­pée en deux, comme cise­lée dans sa lon­gueur. Plus de volant, plus de sièges, pas d’al­lume-cigare ni de porte-gobe­let. Tout le matos pour faire des frites minutes, en revanche. Voi­là l’i­dée folle de l’ar­tiste Bene­det­to Bufa­li­no, réa­li­sée dans le cadre d’une rési­dence à la Condi­tion Publique de Rou­baix.

L’ar­tiste s’est fait une spé­cia­li­té de détour­ner les objets du quo­ti­dien de leur vraie fonc­tion pour leur en don­ner une nou­velle par­fai­te­ment lou­foque. Le cou­pé Fiat fri­te­rie en est un par­fait exemple. Ce n’est plus une voi­ture, même si on la recon­nait très bien comme telle, mais une sculp­ture que l’on peut uti­li­ser pour quelque chose d’in­croya­ble­ment banal dans un autre contexte : faire des frites.

Tout fonc­tionne à mer­veille : d’un côté, on découpe et épluche les pommes de terre, de l’autre on les cuit dans l’huile de fri­ture. Cette par­tie est tel­le­ment fonc­tion­nelle que la Fiat Fri­te­rie était de sor­tie lors de la bien­nale de Mons en Bel­gique fin mars. Toute la jour­née, des frites ont été cui­si­nées et dis­tri­buées aux pas­sants.

Vous pour­rez la voiR dans le coin aus­si, mais il va fal­loir un peu patien­ter : la future sor­tie de la Fiat Fri­te­rie dans la métro­pole sera les 6, 7 et 8 juillet à Rou­baix pour le fes­ti­val Pile au RDV. Si vous aimez les voi­tures et que vous avez une frin­gale, vous la trou­ve­rez faci­le­ment.