Mauvaises nuits ? Quelques solutions pour mieux dormir

Dans Article Sponsorisé, Lille, Sueur
Scroll par là

Arti­cle spon­sorisé @Nornuit

C’est bien con­nu. Votre som­meil est une part acces­soire de votre san­té, et c’est pour ça que vous le mal­traitez à coup de nuits cour­tes et de literie incon­fort­able. Sauf que les con­séquences sur votre petit corps et votre esprit sont peut-être légère­ment plus impor­tantes que vous ne pou­vez le penser.

En France on dort en moyenne un peu moins de 7 heures par nuit, ce qui n’est pas des manières. C’est encore pire chez les étu­di­ants et les moins de 25 ans, qui vont se faire un plaisir de tester leurs lim­ites en se couchant chaque soir large­ment après minu­it et en se lev­ant tout de même aux envi­rons de 7 heures du mat’.

Et s’en rajoutent — même si c’est tout de même moins leur faute — en investis­sant assez peu dans une bonne literie. Du coup ? Une étude de l’in­sti­tut nation­al du som­meil et de la vig­i­lance auprès de jeunes de moins de 25 ans a mis en lumière ce que tout étu­di­ant sait déjà : 88% d’en­tre eux sen­tent le manque de som­meil la journée, 99% en ressen­tent des con­séquences pas glop du tout : fatigue, manque d’at­ten­tion, irri­ta­tion, ner­vosité, som­no­lence, voire même car­ré­ment tristesse…

Pour régler ce léger prob­lème, env­i­ron tous les sci­en­tifiques s’ac­cor­dent à dire que la lumière bleue des écrans avant d’aller au dodo con­tribue large­ment à la piètre qual­ité de som­meil. Et comme de par hasard, les jeunes passent en moyenne 68 min­utes sur leur portable dans leur lit avant d’étein­dre leur lou­pi­otte. Entre nous, le corps médi­cal s’ac­corde à dire qu’ar­rêter les écrans de télé­phone un heure avant de dormir, c’est bien. Vous pour­rez en prof­iter pour ter­min­er ce roman com­mencé il y a six mois qui traîne dans la pous­sière sous votre lit.

Dette de sommeil

Et les étu­di­ants et les jeunes tra­vailleurs ont aus­si com­pris que la literie était un fac­teur impor­tant, ajoute Char­line Lefeb­vre, patronne de Nor­nu­it, mag­a­sin de literie à Bon­dues. Ils sont de plus en plus prêts à inve­stir dans leur con­fort de som­meil.” Des clients aux nuits agitées, Char­line en reçoit tous les jours. “Beau­coup souf­frent du dos, se réveil­lent la nuit et se créent une dette de som­meil impor­tante.

Dans son show­room, le monde mer­veilleux de la literie de bonne fac­ture fait rêver éveil­lé. Des mate­las épais de 30 cm, ou à mémoire de forme, d’autres con­nec­tés à une appli pour suiv­re l’évo­lu­tion de votre dodo…Ce genre d’achat entre aujour­d’hui dans la recherche d’une meilleure hygiène de vie. On dort tous les soirs, après tout.” L’in­vestisse­ment (les pre­miers prix com­men­cent aux envi­rons de 400 euros) en vaut la chan­delle : un bon mate­las sera tou­jours meilleurs que le clic-clac qui vous casse les lom­baires depuis le début de vos études. “Et un mate­las, ça vous accom­pa­gne 10 ans”, con­clut Char­line.

Si ça vous dit, Nor­nu­it a un site inter­net avec pas mal d’in­fos. Le mag­a­sin se situe à Bon­dues, au 510, avenue du Général de Gaulle. Acces­soire­ment, le mag­a­sin pra­tique le finance­ment en plusieurs fois, et la livrai­son à domi­cile, avec récupéra­tion de votre anci­enne literie. Et puis bon, c’est les sol­des à par­tir de mer­cre­di, aus­si.

Arti­cle spon­sorisé @Nornuit