Mauvaises nuits ? Quelques solutions pour mieux dormir

Dans Article Sponsorisé, Lille, Sueur
Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @Nornuit

C’est bien connu. Votre som­meil est une part acces­soire de votre san­té, et c’est pour ça que vous le mal­trai­tez à coup de nuits courtes et de lite­rie incon­for­table. Sauf que les consé­quences sur votre petit corps et votre esprit sont peut-être légè­re­ment plus impor­tantes que vous ne pou­vez le pen­ser.

En France on dort en moyenne un peu moins de 7 heures par nuit, ce qui n’est pas des manières. C’est encore pire chez les étu­diants et les moins de 25 ans, qui vont se faire un plai­sir de tes­ter leurs limites en se cou­chant chaque soir lar­ge­ment après minuit et en se levant tout de même aux envi­rons de 7 heures du mat’.

Et s’en rajoutent — même si c’est tout de même moins leur faute — en inves­tis­sant assez peu dans une bonne lite­rie. Du coup ? Une étude de l’ins­ti­tut natio­nal du som­meil et de la vigi­lance auprès de jeunes de moins de 25 ans a mis en lumière ce que tout étu­diant sait déjà : 88% d’entre eux sentent le manque de som­meil la jour­née, 99% en res­sentent des consé­quences pas glop du tout : fatigue, manque d’at­ten­tion, irri­ta­tion, ner­vo­si­té, som­no­lence, voire même car­ré­ment tris­tesse…

Pour régler ce léger pro­blème, envi­ron tous les scien­ti­fiques s’ac­cordent à dire que la lumière bleue des écrans avant d’al­ler au dodo contri­bue lar­ge­ment à la piètre qua­li­té de som­meil. Et comme de par hasard, les jeunes passent en moyenne 68 minutes sur leur por­table dans leur lit avant d’é­teindre leur lou­piotte. Entre nous, le corps médi­cal s’ac­corde à dire qu’ar­rê­ter les écrans de télé­phone un heure avant de dor­mir, c’est bien. Vous pour­rez en pro­fi­ter pour ter­mi­ner ce roman com­men­cé il y a six mois qui traîne dans la pous­sière sous votre lit.

Dette de sommeil

Et les étu­diants et les jeunes tra­vailleurs ont aus­si com­pris que la lite­rie était un fac­teur impor­tant, ajoute Char­line Lefebvre, patronne de Nor­nuit, maga­sin de lite­rie à Bon­dues. Ils sont de plus en plus prêts à inves­tir dans leur confort de som­meil.” Des clients aux nuits agi­tées, Char­line en reçoit tous les jours. “Beau­coup souffrent du dos, se réveillent la nuit et se créent une dette de som­meil impor­tante.

Dans son sho­wroom, le monde mer­veilleux de la lite­rie de bonne fac­ture fait rêver éveillé. Des mate­las épais de 30 cm, ou à mémoire de forme, d’autres connec­tés à une appli pour suivre l’é­vo­lu­tion de votre dodo…Ce genre d’a­chat entre aujourd’­hui dans la recherche d’une meilleure hygiène de vie. On dort tous les soirs, après tout.” L’in­ves­tis­se­ment (les pre­miers prix com­mencent aux envi­rons de 400 euros) en vaut la chan­delle : un bon mate­las sera tou­jours meilleurs que le clic-clac qui vous casse les lom­baires depuis le début de vos études. “Et un mate­las, ça vous accom­pagne 10 ans”, conclut Char­line.

Si ça vous dit, Nor­nuit a un site inter­net avec pas mal d’in­fos. Le maga­sin se situe à Bon­dues, au 510, ave­nue du Géné­ral de Gaulle. Acces­soi­re­ment, le maga­sin pra­tique le finan­ce­ment en plu­sieurs fois, et la livrai­son à domi­cile, avec récu­pé­ra­tion de votre ancienne lite­rie. Et puis bon, c’est les soldes à par­tir de mer­cre­di, aus­si.

Article spon­so­ri­sé @Nornuit