Sous-loc’ : quatre tips pour ne pas prendre la porte

Dans Lille, Money Money Money, Un toit sur la tête
Scroll par là

Ça y est, l’heure des vacances universitaires a sonné. Fini le stress des partiels ou autre mémoire de recherche, et direction le soleil, laissant la capitale des Flandres derrière soi, au moins jusqu’à septembre… Vous envisagez de (sous)louer votre appart’ pour payer les vacances ? Il y a quelques petites choses à savoir.

Qui dit vacances dit souvent sous-location, histoire de ne pas se retrouver sans argent et sans appart’ à la rentrée. Néanmoins, à tous les petits malins qui auraient pensé à cette solution, il convient d’être au fait des quelques conditions qui vous permettraient de passer un été chill loin des tracas lillois. 

Demander, vous devrez 

Première condition et pas des moindres : pensez obligatoirement à demander l’accord écrit de votre propriétaire concernant le montant du loyer demandé au sous-locataire. Celui-ci vous permettra d’éviter toute galère et de rester éligible aux APL par la même occasion. Cet accord est seulement valable sur courrier recommandé avec avis de réception ou devant un huissier. 

Responsable, vous serez

Deuxièmement, tout bon locataire doit transmettre une autorisation écrite du bailleur ainsi qu’une copie du bail en cours au sous-locataire. Le locataire est aussi responsable des manquements du sous-locataire, alors mieux vaut bien choisir son binôme. Enfin, pensez à faire un état des lieux d’entrée, de sortie, et de fixer le délai du préavis en amont. 

Transparence, votre maître-mot sera

Malgré tous ces efforts, votre propriétaire n’est pas pour autant obligé d’accepter votre demande. Dans ce cas, il existe quelques astuces comme proposer de modifier son bail de location en coloc’ avec une clause de solidarité et indivisibilité du loyer, toujours en accord avec votre proprio. 

A la mairie, vous vous déclarerez

Ça, ce n’est valable que si vous passez par le site AirBnb pour louer votre appart’ cet été. Depuis janvier, les Lillois, Hellemmois et Lommois sont tenus de déclarer leur logement en location courte durée. Rapport à une petite taxe de séjour que vous serez tenus de payer.

Vous l’aurez compris, afin d’éviter une punition allant de la résiliation du bail au versement de dommages et intérêts, vous avez plutôt intérêt à la jouer fine.