Les cinq artistes qu’on irait bien voir au Tourcoing Jazz Festival

Dans Festival, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Peut-être l’i­gno­rez-vous, mais il existe, depuis 1986, un fes­ti­val à Tour­coing qui honore le jazz et ses ascen­dants. Un grand ren­dez-vous pour les férus de musique qui fait cla­quer des doigts et taper du talon en rythme. On vous a fait une petite sélec­tion des groupes et artistes qu’on irait bien voir cette année.

Calypso Rose, la reine en personne

Calyp­so Rose a pas moins de 80 ans. Mais ça ne se voit pas vrai­ment quand elle est sur scène. La reine atti­trée du calyp­so (sans décon­ner, elle est vrai­ment reine, c’est pas pour du jeu), ne sait plus s’ar­rê­ter de tour­ner dans le monde entier. Il faut dire que tout le monde veut pro­fi­ter de sa musique bon­heur et cou­leurs. Nous y com­pris.
Elle sera au théâtre Ray­mond-Devos le 18 octobre.

Kokoroko, les surdoués de Londres

Une for­ma­tion de génie, c’est une for­ma­tion qui crée de la musique ter­ri­ble­ment poin­tue et ne vous faire croire que c’est facile à jouer. Koko­ro­ko, c’est le l’a­fro­beat pous­sé, des rythmes impec­cables et une fièvre scé­nique qui fait plai­sir. On ne peut que vous conseiller d’al­ler décou­vrir le jazz hybride de ces lon­do­niens fous.
Ils seront en concert au cha­pi­teau Magic Mir­rors le 19 octobre.

Blick Bassy, voix de velours

Sans rire, c’est pas per­mis d’a­voir une voix aus­si douce. Le musi­cien came­rou­nais a en plus déci­dé de ne chan­ter qu’en bas­sa pour évi­ter que sa langue ne s’é­teigne. C’est beau, hein ? On vous conseille for­te­ment de faire le plein de world music de splen­dide qua­li­té.
Il sera au cha­pi­teau Magic Mir­rors le 18 octobre.

Melissa Laveaux, la folk haïtienne

Elle vient d’Haï­ti, a vécu au Cana­da, réside aujourd’­hui à Paris, et chante dans toutes les langues qui lui plaisent. Melis­sa Laveaux n’a pas qu’un timbre de voix par­fai­te­ment extra­ter­restre. Elle a aus­si le talent de s’ap­pro­prier folk, pop, soul et rock et d’en faire un doux mélange sauce créole. Un délice.
Elle sera au cha­pi­teau Magic Mir­rors le 17 octobre.

Delgres, le rock créole

Oui, et du lourd qui tâche, on vous pré­vient tout de sute. Delgres est par­fai­te­ment inran­geable dans une seule case, déjà parce qu’il n’est pas com­mun de faire du rock quand on est un trio tuba-gui­tare-bat­te­rie. Ensuite, parce que ce rock est ter­ri­ble­ment tein­té de blues et de soul. Un joyeux bor­del.
Ils seront au cha­pi­teau Magic Mir­rors le 15 octobre.

Si vous vou­lez jeter un oeil au reste de la jolie prog’ du Tour­coing Jazz Fes­ti­val, ça se passe sur ce lien hyper­lin­ké avec amour.