Les cinq artistes qu’on irait bien voir au Tourcoing Jazz Festival

Dans Festival, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Peut-être l’ignorez-vous, mais il existe, depuis 1986, un festival à Tourcoing qui honore le jazz et ses ascendants. Un grand rendez-vous pour les férus de musique qui fait claquer des doigts et taper du talon en rythme. On vous a fait une petite sélection des groupes et artistes qu’on irait bien voir cette année.

Calypso Rose, la reine en personne

Calypso Rose a pas moins de 80 ans. Mais ça ne se voit pas vraiment quand elle est sur scène. La reine attitrée du calypso (sans déconner, elle est vraiment reine, c’est pas pour du jeu), ne sait plus s’arrêter de tourner dans le monde entier. Il faut dire que tout le monde veut profiter de sa musique bonheur et couleurs. Nous y compris.
Elle sera au théâtre Raymond-Devos le 18 octobre.

Kokoroko, les surdoués de Londres

Une formation de génie, c’est une formation qui crée de la musique terriblement pointue et ne vous faire croire que c’est facile à jouer. Kokoroko, c’est le l’afrobeat poussé, des rythmes impeccables et une fièvre scénique qui fait plaisir. On ne peut que vous conseiller d’aller découvrir le jazz hybride de ces londoniens fous.
Ils seront en concert au chapiteau Magic Mirrors le 19 octobre.

Blick Bassy, voix de velours

Sans rire, c’est pas permis d’avoir une voix aussi douce. Le musicien camerounais a en plus décidé de ne chanter qu’en bassa pour éviter que sa langue ne s’éteigne. C’est beau, hein ? On vous conseille fortement de faire le plein de world music de splendide qualité.
Il sera au chapiteau Magic Mirrors le 18 octobre.

Melissa Laveaux, la folk haïtienne

Elle vient d’Haïti, a vécu au Canada, réside aujourd’hui à Paris, et chante dans toutes les langues qui lui plaisent. Melissa Laveaux n’a pas qu’un timbre de voix parfaitement extraterrestre. Elle a aussi le talent de s’approprier folk, pop, soul et rock et d’en faire un doux mélange sauce créole. Un délice.
Elle sera au chapiteau Magic Mirrors le 17 octobre.

Delgres, le rock créole

Oui, et du lourd qui tâche, on vous prévient tout de sute. Delgres est parfaitement inrangeable dans une seule case, déjà parce qu’il n’est pas commun de faire du rock quand on est un trio tuba-guitare-batterie. Ensuite, parce que ce rock est terriblement teinté de blues et de soul. Un joyeux bordel.
Ils seront au chapiteau Magic Mirrors le 15 octobre.

Si vous voulez jeter un oeil au reste de la jolie prog’ du Tourcoing Jazz Festival, ça se passe sur ce lien hyperlinké avec amour.