Le duo lillois Scratchattic s’apprête à sillonner les routes de France

Dans Lille, Music in my ears
Scroll par là

DJ, pro­duc­teurs, beat­ma­kers, scrat­chers, autant de mots pour défi­nir la paire lil­loise « Scrat­chat­tic ». Cet été, Shar­ky et Davio feront le tour de France, du vingt juillet au vingt août, pour faire décou­vrir leur uni­vers “Tr’H’ip Hop” au rythme des jams et des concerts pré­vus ou impro­vi­sés.

Le Gears in Motion Wild Sum­mer Tour débu­te­ra donc ce same­di. Ils par­ti­ront de Rennes, pas­se­ront par Nantes, Bor­deaux, Agen ou encore Mon­té­li­mar, avant d’al­ler du coté de Lyon puis Troyes…et bien d’autres villes. En tout, le duo compte une grosse dizaine d’é­tapes dans son trip et se laisse la liber­té d’en dévier si l’en­vie lui en prend.

Une expérience nomade

« On veut vrai­ment pro­vo­quer les ren­contres, faire de la musique et par­ta­ger nos sons à ceux qui ne nous connaissent pas for­cé­ment », pré­cise Guillaume alias Shar­ky. En bref, un vrai périple en mode roots. Pla­tines et control­lers sous le bras, les deux potes pré­parent ce pro­jet depuis quelques temps et veulent vrai­ment par­ta­ger leur éner­gie aux quatre coins de l’Hexagone.

Les deux DJ’s, ensemble depuis 2017, reven­diquent un mélange de styles hybrides aus­si sur­pre­nant qu’original. « Notre style c’est d’abord du Tr’H’ip Hop aux allures de Hip Hop mêlé à de la Dub et des influences Jazz », détaille Shar­ky. 

A l’image des groupes comme C2C ou Chi­nese Man, les Scrat­chat­tic uti­lisent le scratch pour véri­ta­ble­ment créer de la musique et pas sim­ple­ment scrat­cher sur des sons qui existent déjà. Davio et Shar­ky ont déjà pas mal de dates de pré­vues un peu par­tout mais ils l’assurent, le but de ce trip « c’est aus­si de ren­con­trer, kif­fer, jam­mer ensemble par­tout où on se sent bien, en mode live nomade ».

Si vous connais­sez un pote d’un pote qui serait prêt à faire jouer Shar­ky et Davio, vous pou­vez tou­jours les contac­ter via Face­book ou Ins­ta­gram. Et, pour l’a­mour des pla­tines et des micro­sillons, on vous laisse avec un petit amuse-bouche. Sinon, ils ont aus­si un site inter­net.