Un foodtruck solidaire doit s’installer à la Catho pour la fin de l’année

Dans Ch'est bieau, La Fac, Lille
Scroll par là

L’as­so­cia­tion Mag­da­la ras­semble des per­sonnes en situa­tion de grande pré­ca­ri­té en les aidant à retrou­ver leur place dans la socié­té. Cette année, l’as­so lil­loise espère inau­gu­rer, début décembre, son food­truck aux abords de la Catho.

Nul n’est trop pauvre pour n’a­voir rien à don­ner et nul n’est trop riche pour n’a­voir rien à rece­voir. Voi­là, com­ment se résume Mag­da­la”, lance direc­te­ment Gabriel, enca­drant tech­nique du pro­jet food­truck. Et pour le coup, l’as­so’ œuvre depuis plus de trente ans pour redon­ner de l’es­poir et réin­sé­rer des hommes et femmes trop sou­vent cou­pés du monde qui les entoure.

Ensemble, le maître-mot

Depuis 2016, Mag­da­la tra­vaille davan­tage à la réin­ser­tion pro­fes­sion­nelle des per­sonnes sui­vies par l’as­so, grâce au déve­lop­pe­ment de plu­sieurs ate­liers pra­tiques (repor­tage, déve­lop­pe­ment durable, pote­rie). C’est suite à l’a­te­lier cui­sine qu’est né l’i­dée d’un food­truck tenu par les béné­voles de l’as­so.

Le food­truck est au contact direct avec la rue et les gens qui l’ha­bitent. Pour les membres de Mag­da­la qui ont sou­vent connu la pré­ca­ri­té, être de l’autre coté du comp­toir, c’est for­mi­dable”, ajoute Richard, béné­vole de l’as­so.

Gabriel (à gauche) et Richard (à droite)

Un projet largement soutenu

Le pro­jet food­truck est sup­por­té par pleins d’ac­teurs exté­rieurs à l’as­so. Déjà, par le Comp­toir Volant, le pro des bur­gers lil­lois. Il s’est don­né pour mis­sion de for­mer Gabriel (novice en cui­sine) en l’embauchant en CDI jus­qu’au lan­ce­ment du pro­jet en fin d’an­née. Pour se faire la main, le res­to de bur­gers met donc à dis­po­si­tion de l’as­so un véri­table labo­ra­toire culi­naire, qui leur per­met de tes­ter les pre­mières recettes du food­truck.

La semaine der­nière, on a fait tes­ter nos sauces à toute l’é­quipe du Comp­toir Volant dans le but de vendre des frites façon “pou­tine”. C’é­tait génial parce qu’ils ont pu nous dire où s’a­mé­lio­rer tout en nous encou­ra­geant dans la créa­tion de nos idées-recettes”, ajoute Gabriel.

Le foodtruck prendra place à la Catho

C’est une chance aujourd’­hui d’être sou­te­nu par la Catho. C’est un peu l’his­toire de deux mondes qui se ren­contrent dans la rue. Mais on a autant à apprendre d’eux, qu’eux de nous”, lance Richard. Des étu­diants de mar­ke­ting de la Catho ont même déjà plan­ché sur la concep­tion du futur food­truck de Mag­da­la.

L’é­quipe n’est pas encore consti­tuée, mais sera com­po­sée de quatre per­sonnes, avec Gabriel aux com­mandes. Mag­da­la sera pré­sent sur quatre ou cinq spots de la Catho pour pro­po­ser des repas à tous, tou­jours ensemble et dans la bonne humeur.

Pour le petit récap, le food­truck est pré­vu pour la fin d’an­née. Mais, ils seront pré­sents début octobre à la Catho, pour une pre­mière semaine test. L’as­so a encore besoin de fonds pour finan­cer ce pro­jet qui met l’eau à la bouche, alors n’hé­si­tez pas à les contac­ter direc­tos au 03 20 57 29 62 ou via leur mail contact@magdala.asso.fr.