La dépollution des eaux de la Citadelle a commencé

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

Depuis cette semaine, des bateaux-net­toyeurs man­da­tés par la ville livrent bataille contre les len­tilles vertes qui pul­lulent dans les eaux de la Cita­delle. Mais la guerre risque de durer…

Le mois der­nier, les pécheurs lil­lois tiraient la son­nette d’a­larme en par­lant de “catas­trophe éco­lo­gique“. Les len­tilles vertes d’A­mé­rique se mul­ti­plient tel­le­ment vite dans les fosses de la Cita­delle qu’elles forment, par endroits, une couche épaisse qui empêche le soleil et l’oxy­gène d’at­teindre les pois­sons qui meurent asphyxiés.

Poin­tée du doigt par ces mêmes pêcheurs, la muni­ci­pa­li­té a enga­gé de plus gros moyens depuis lun­di pour stop­per cette pro­li­fé­ra­tion verte : un bateau-net­toyeur qu’on appelle fau­car­deur est arri­vé. Toute la semaine, l’en­gin a sor­ti des eaux des tonnes de ces len­tilles vertes.

L’en­ne­mi num­ber one à la Cita­delle en ce moment. ©Thi­baut Pel­lieux

Veni, vidi, verdi

Sauf qu’il y en a tel­le­ment qu’un second fau­car­deur est arri­vé ce jeu­di, selon La Voix du Nord, pour prê­ter main forte au pre­mier dans cette bataille qui semble sans fin.

L’un des bateaux-net­toyeurs en action. ©Thi­baut Pel­lieux

Pre­mière lueur d’es­poir : le pilote du second fau­car­deur a expli­qué au quo­ti­dien qu’à cer­tains endroits, “le soleil repasse, les échanges gazeux ont repris et l’oxygène réap­pa­raît peu à peu”. La dépol­lu­tion devrait conti­nuer sur plu­sieurs semaines même si l’un des bateaux va par­tir en congé pour mieux reve­nir à la ren­trée.

En atten­dant, n’essayez pas d’aller vous-mêmes avec votre épui­sette reti­rer les fameuses len­tilles. La Voix du Nord alerte sur le dan­gers liés aux vapeurs qui en émanent. Elles doivent encore être ana­ly­sées mais elles sont sur­tout extrê­me­ment inflam­mables.