Les Incroyables Comestibles, le mouvement qui fait pousser les potagers partagés

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

[Sous les pavés, les arbres] Lille et sa métro­pole ne seront jamais assez vertes. Pour qu’elles le devi­en­nent quand même un peu plus chaque jour, de nom­breuses assos ou ini­tia­tives fleuris­sent. On prof­ite de l’été pour les met­tre en lumière, his­toire que la pho­to­syn­thèse prenne encore mieux. Aujourd’hui, on vous par­le des Incroy­ables Comestibles et de leurs potagers partagés.

Ce n’est pas parce qu’on est en ville, qu’on a for­cé­ment rangé son âme de jar­dinier au plac­ard. La preuve, il y a plein de potagers partagés urbains dans le coin : la Gueril­la potagère à Lille, Des voisins et des seaux à Tour­co­ing… Et ils sont tous mem­bres des Incroy­ables Comestibles, un mou­ve­ment par­tic­i­patif et nation­al qui met en avant “une nour­ri­t­ure saine et partagée pour tous”.

Une défi zéro déchet et ça démarre

À Tour­co­ing, le col­lec­tif “Des voisins & des sceaux” n’a pas atten­du de rejoin­dre les Incroy­ables Comestibles pour jar­diner dans la joie et la bonne terre. Tout a com­mencé en jan­vi­er 2018, lors d’une réu­nion sur le fameux défi Familles 0 déchet. “Ça a per­mis de rassem­bler des gens du quarti­er sen­si­bles à la pro­duc­tion locale, qui voulaient mon­ter quelque chose entre voisins”, explique Sarah Scar­well qui y était et est aujour­d’hui mem­bre du col­lec­tif tourquen­nois.

Le petit groupe d’une dizaine de voisins s’est d’abord lancé en deman­dant à la mairie d’oc­cu­per “le tri­an­gle”, un petit bout de terre au croise­ment des rues Ma Cam­pagne et des Bon­nets, pour l’amé­nag­er tous ensem­ble en potager partagé.

“Le tri­an­gle”, au croise­ment des rues Ma Cam­pagne et des Bon­nets. ©Thibaut Pel­lieux

Tout est allé très vite et aujour­d’hui, un an et demi après, ils ont “des oignons, des tomates, des courges…” et sont plutôt fiers du bout de chemin qu’ils ont réus­si à par­courir.

Pen­dant leur ses­sions de plan­ta­tion, ils ont appris à faire de la cul­ture hors-sol, à éviter cer­tains légumes. Et petit à petit, la may­on­naise cour­gette sem­ble avoir pris dans la terre, mais aus­si auprès des autres voisins : “On est deux fois plus nom­breux qu’il y a un an”, explique Sarah.

Les mem­bres du col­lec­tif se relaient pour entretenir le potager. ©Thibaut Pel­lieux

Un lieu pour sensibiliser

Le but n’est pas non plus d’être le con­cur­rent direct du super­marché du coin. “On ne veut pas faire d’a­gri­cul­ture urbaine mais sen­si­bilis­er les gens et créer des moments de partage”, rajoute-t-elle. His­toire de “voir com­ment pousse une cour­gette” ou dis­cuter sur la façon de “pro­duire chez soi une par­tie de son ali­men­ta­tion”.

Mer­ci à tous d’être venus par­ticiper à notre 1ère dis­co soupe !Env­i­ron 60 par­tic­i­pants et 25 L de soupe pro­duits grâce à vos dons et aux inven­dus des com­merçants ! Le gaspillage ali­men­taire n’a qu’à bien se tenir !Bra­vo égale­ment aux par­tic­i­pants du run­ning pro­preté qui ont ramassé une quin­zaine de sacs de déchets sur les quartiers Blanc-Seau, Epidème et Gam­bet­ta aujour­d’hui !Votre présence a égale­ment été appré­ciée !On espère que la soupe vous aura plu et on remet en place un petit temps fes­tif au Tri­an­gle au plus tôt !A très bien­tôt! 😜

Pub­liée par Des voisins & des seaux sur Same­di 18 mai 2019
En mai, le col­lec­tif a organ­isé sa pre­mière dis­co soupe.

Cette année, ils ont même organ­isé quelques événe­ments comme la pro­jec­tion du film “Ma vie zéro déchet” en jan­vi­er et une dis­co soupe au début de l’été. Une façon de con­tin­uer à sen­si­bilis­er en lais­sant les légumes pouss­er tran­quile­ment. Et il y a un mois, ils ont rejoint les Incroy­ables Comestibles pour con­tin­uer de grandir.

Pour trou­ver le potager partagé, ça se passe au croise­ment des rues Ma Cam­pagne et des Bon­nets à Tour­co­ing, ou sur Face­book juste là. Et pour en savoir un peu plus sur le mou­ve­ment des Incroy­ables Comestibles, on vous laisse avec leur page Face­book.