Les Incroyables Comestibles, le mouvement qui fait pousser les potagers partagés

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

[Sous les pavés, les arbres] Lille et sa métro­pole ne seront jamais assez vertes. Pour qu’elles le deviennent quand même un peu plus chaque jour, de nom­breuses assos ou ini­tia­tives fleu­rissent. On pro­fite de l’été pour les mettre en lumière, his­toire que la pho­to­syn­thèse prenne encore mieux. Aujourd’hui, on vous parle des Incroyables Comes­tibles et de leurs pota­gers par­ta­gés.

Ce n’est pas parce qu’on est en ville, qu’on a for­cé­ment ran­gé son âme de jar­di­nier au pla­card. La preuve, il y a plein de pota­gers par­ta­gés urbains dans le coin : la Gue­rilla pota­gère à Lille, Des voi­sins et des seaux à Tour­coing… Et ils sont tous membres des Incroyables Comes­tibles, un mou­ve­ment par­ti­ci­pa­tif et natio­nal qui met en avant “une nour­ri­ture saine et par­ta­gée pour tous”.

Une défi zéro déchet et ça démarre

À Tour­coing, le col­lec­tif “Des voi­sins & des sceaux” n’a pas atten­du de rejoindre les Incroyables Comes­tibles pour jar­di­ner dans la joie et la bonne terre. Tout a com­men­cé en jan­vier 2018, lors d’une réunion sur le fameux défi Familles 0 déchet. “Ça a per­mis de ras­sem­bler des gens du quar­tier sen­sibles à la pro­duc­tion locale, qui vou­laient mon­ter quelque chose entre voi­sins”, explique Sarah Scar­well qui y était et est aujourd’­hui membre du col­lec­tif tour­quen­nois.

Le petit groupe d’une dizaine de voi­sins s’est d’a­bord lan­cé en deman­dant à la mai­rie d’oc­cu­per “le tri­angle”, un petit bout de terre au croi­se­ment des rues Ma Cam­pagne et des Bon­nets, pour l’a­mé­na­ger tous ensemble en pota­ger par­ta­gé.

“Le tri­angle”, au croi­se­ment des rues Ma Cam­pagne et des Bon­nets. ©Thi­baut Pel­lieux

Tout est allé très vite et aujourd’­hui, un an et demi après, ils ont “des oignons, des tomates, des courges…” et sont plu­tôt fiers du bout de che­min qu’ils ont réus­si à par­cou­rir.

Pen­dant leur ses­sions de plan­ta­tion, ils ont appris à faire de la culture hors-sol, à évi­ter cer­tains légumes. Et petit à petit, la mayon­naise cour­gette semble avoir pris dans la terre, mais aus­si auprès des autres voi­sins : “On est deux fois plus nom­breux qu’il y a un an”, explique Sarah.

Les membres du col­lec­tif se relaient pour entre­te­nir le pota­ger. ©Thi­baut Pel­lieux

Un lieu pour sensibiliser

Le but n’est pas non plus d’être le concur­rent direct du super­mar­ché du coin. “On ne veut pas faire d’a­gri­cul­ture urbaine mais sen­si­bi­li­ser les gens et créer des moments de par­tage”, rajoute-t-elle. His­toire de “voir com­ment pousse une cour­gette” ou dis­cu­ter sur la façon de “pro­duire chez soi une par­tie de son ali­men­ta­tion”.

Mer­ci à tous d’être venus par­ti­ci­per à notre 1ère dis­co soupe !Envi­ron 60 par­ti­ci­pants et 25 L de soupe pro­duits grâce à vos dons et aux inven­dus des com­mer­çants ! Le gas­pillage ali­men­taire n’a qu’à bien se tenir !Bra­vo éga­le­ment aux par­ti­ci­pants du run­ning pro­pre­té qui ont ramas­sé une quin­zaine de sacs de déchets sur les quar­tiers Blanc-Seau, Epi­dème et Gam­bet­ta aujourd’­hui !Votre pré­sence a éga­le­ment été appré­ciée !On espère que la soupe vous aura plu et on remet en place un petit temps fes­tif au Tri­angle au plus tôt !A très bien­tôt! 😜

Publiée par Des voi­sins & des seaux sur Same­di 18 mai 2019
En mai, le col­lec­tif a orga­ni­sé sa pre­mière dis­co soupe.

Cette année, ils ont même orga­ni­sé quelques évé­ne­ments comme la pro­jec­tion du film “Ma vie zéro déchet” en jan­vier et une dis­co soupe au début de l’é­té. Une façon de conti­nuer à sen­si­bi­li­ser en lais­sant les légumes pous­ser tran­qui­le­ment. Et il y a un mois, ils ont rejoint les Incroyables Comes­tibles pour conti­nuer de gran­dir.

Pour trou­ver le pota­ger par­ta­gé, ça se passe au croi­se­ment des rues Ma Cam­pagne et des Bon­nets à Tour­coing, ou sur Face­book juste là. Et pour en savoir un peu plus sur le mou­ve­ment des Incroyables Comes­tibles, on vous laisse avec leur page Face­book.