Neopolis, l’application qui transforme Lille en Monopoly® géant

Dans Dans la rue, Geek, Lille
Scroll par là

Bienvenue dans l’ère de la réalité augmentée accessible à tous. D’ici quelques semaines, un jeu qui s’annonce prenant va faire son entrée dans les rue de Lille. Dites bonjour à Neopolis, une application qui vous permet d’acheter l’opéra ou la mairie de Lille.

Vous aviez bien kiffé Pokémon Go et vous vous remettez gentiment de Wizards Unite ? Attendez de pouvoir devenir le maître de la ville le temps d’une partie de Monopoly® grandeur nature. C’est ce que promet le jeu Neopolis, sorti tout droit de la tête de Lucas, Roland et Ben, trois Lyonnais bien accros aux reality games. “On a tous les trois évolué dans le digital, mais on était aussi bien fans de jeux de société. C’est devenu une évidence“, assure Lucas Odion.

Développé à Lyon, le jeu a été soumis à la critique de plusieurs centaines de beta testeurs à Lyon (logique), Marseille et Toulouse. Les défauts majeurs corrigés, l’application est prête à être lancée dans plusieurs villes en France, dont Lille, of course. Le but ? Devenir, le temps d’une partie d’un mois, le plus gros propriétaire de la ville.

Proprio des Beaux-Arts

L’idée, c’est que les gens se déplacent dans la ville, et qu’ils achètent des immeubles, des bâtiments publics, des bars, des restaurants, précise Lucas. Plus un bâtiment est visité, plus il vaut d’argent.” Genre, si vous avez le Palais des Beaux-Arts, ça sent bon pour vous. Le jeu se corse quand les membres de la partie tirent des cartes bonus qui leur permettent de compliquer la vie des autres joueurs, ou d’améliorer leurs propres bâtiments.

Quant aux bâtiments en question, ils sont tous référencés grâce à une plateforme mondiale d’open data, bien pratique pour les développeurs de l’application. “La base de données référence plus de 108 millions de points dans le monde“, ajoute Lucas.

Voilà, vous savez tout, il n’y a plus qu’à patienter. “On espère un lancement mi-septembre, mais la publication sur les stores ne dépend pas de nous“, regrette Lucas. On vous tiendra au courant, bien sûr.

En attendant, vous pouvez toujours aller sur le site internet de Neopolis pour voir qu’on raconte pas du brin.