Lin d’min coin veut fabriquer des produits durables et locaux à partir de lin régional

Dans C'est green, Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Depuis trois ans, Perrine partage avec ses clients ses solutions pour un quotidien plus durable et plus respectueux de l’environnement, dans sa boutique EthiCS à Lomme. Mais petite boutique devient grande et la gérante a de nouvelles envies : celle de créer des produits durables et locaux à partir du lin, produit phare de notre région.

La France est le premier producteur mondial de lin textile. Vous ne le saviez pas ? Eh bien nous nous plus. En plus, il paraît même que notre contrée fait partie des champions qui produisent le plus de lin. Alors, Perrine, la gérante d’EthiCS, a eu envie d’aller encore plus loin dans sa démarche écoresponsable. Elle veut désormais lancer “Lin d’min coin“, une gamme de produits écologiques, durables et surtout locaux à base de lin de chez nous.

Mais rembobinons. Avant d’en arriver là, Perrine a changé son mode de vie et il y a quatre ans, elle décide de tendre vers le zéro déchet. Virage à 360° pour celle qui travaillait dans une entreprise de… traitement de déchets. Sa vie professionnelle est rattrapée par ses convictions personnelles : “Je suis devenue hyper militante et j’étais en contradiction avec moi-même“.

Dans sa boutique, Perrine propose de nombreux objets pour un quotidien plus durable.

Elle profite d’un licenciement économique pour se lancer, et c’est là que naît EthiCS, un bébé qui mesure 23 m². Elle y propose des produits zéro déchet et/ou au maximum locaux, comme des cups, des brosses à dents, de quoi fabriquer ses propres cosmétiques… En 2017, Emma la rejoint : “On donne d’abord des conseils pour aider à déconsommer. Chacun va à son rythme, on veut dédramatiser le mode de vie du zéro déchet“, explique Perrine.

Rapidement, la gérante a envie de plus. En 2017, EthiCS commence à créer ses propres produits durables, locaux et solidaires : bah oui, on fait bien les choses ou on ne les fait pas. La boutique propose, aux côtés d’autres confections maisons, des sacs à vrac en coton. Tissés en France, leurs autres composants viennent de Wasquehal et de Comines. Pour boucler la boucle, il sont assemblés par des personnes en situation de handicap à Armentières.

Le lin, superstar locale

Mais Perrine ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. Elle veut conquérir le game grâce à des produits encore plus respectueux de l’environnement et locaux. Alors, elle pense au lin : “La fabrication du lin est super locale. Le temps pourri c’est top pour son développement et il n’y a pas besoin de pesticide“, plaisante-t-elle.

Pour poursuivre dans sa démarche zéro déchet, elle a imaginé des cotons à démaquiller, des sacs à vrac, des serviettes hygiéniques lavables et plein d’autres trucs. En plus le lin a plein de propriété qu’on n’imagine pas : il est solide, thermorégulateur et surtout antibactérien.

Ah et puis sortez-vous de la tête que le lin c’est rêche. La boss d’EthiCS a trouvé un moyen de le rendre tout doux. Pour donner une dimension vraiment locale et solidaire au projet, les produits seront assemblés par des couturières qui ont été formées par la Fabrique de l’emploi ou des adultes en situation de handicap qui viennent des Papillons Blancs.

Le lin sera cultivé, tissé et confectionné dans la région. Le seul truc qu’on ne peut pas encore faire localement, c’est le filer. Mais pas de panique, il sera filé en Europe et pas en Chine : “On gagne déjà 9000 km“, indique Perrine. Elle espère d’ailleurs qu’à terme, il soit possible de le filer en France.

Pour mener à bien son projet, Perrine compte sur les Internets mondiaux. Elle a lancé une campagne de financement participatif sur le site (local lui aussi) My Money Help, histoire de “faire connaître et faire aimer le lin“. Elle a besoin de 5000€ pour pouvoir se lancer sereinement. Alors si vous voulez lui donner de la force, c’est ici que ça se passe.

Pour vous attendrir, elle a un dernier p’tit mot à vous dire : “Lin d’min coin est un projet qui me tient tellement à cœur. Toutes les contributions promeuvent le local et le zéro déchet“. Vous savez quoi faire.