Albatras, les chemises solidaires qui invitent au voyage

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Alba­tras, c’est la petite nou­velle dans le monde de la mode. La marque, créée par trois potes de la métro­pole lil­loise s’est spé­cia­li­sée dans les che­mises 100% coton. Ce qui la dif­fé­ren­cie, c’est son aspect soli­daire : 6% du chiffre d’af­faire de la marque est rever­sé à trois asso­cia­tions.

Non, les che­mises ne sont pas uni­que­ment réser­vées à des évé­ne­ments solen­nels comme des mariages, des entre­tiens d’embauche ou des remises de prix. Oui, elles peuvent être décon­trac­tées et por­tées à la cool. Les che­mises chill, c’est d’ailleurs un peu la marque de fabrique d’Al­ba­tras, une marque soli­daire créée par trois potes de la métro­pole lil­loise.

À 22 ans, Clé­men­tine, étu­diante à Sciences Po Rennes et Arthur et Maxence, étu­diants à SKEMA en césure, ont lan­cé leur marque : “On avait tous les trois envie de mon­ter une boîte. On s’est ren­du compte qu’on avait des valeurs com­munes et on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire”, explique Clé­men­tine. Entre­prendre à côté de ses études, pas trop dur ? “On a l’a­van­tage d’être trois, on est com­plé­men­taires et on se répar­tis les tâches”, raconte Maxence. “Ça vaut le coup au final”, assure Arthur.

Être stylé sans culpabiliser

Au début de l’an­née 2019, Arthur et Clé­men­tine partent un semestre en Inde. C’est le déclic et c’est là qu’Al­ba­tras va vrai­ment voir le jour : “Tous les Indiens portent des che­mises”, indique Arthur. “Là-bas, voir des per­sonnes en che­mise-tong, c’est pos­sible”, s’a­muse Clé­men­tine. Pen­dant qu’ils sont en Inde, à cher­cher des four­nis­seurs, Maxence, depuis la France, s’oc­cupe du site et de nouer des par­te­na­riats. #Tra­vail­DE­quipe

Arthur et Clé­men­tine trouvent the one, le bon four­nis­seur, quoi. Mais, avant de bos­ser avec lui, ils veulent s’as­su­rer que les condi­tions de tra­vail des employés sont bonnes : “Quand on veut faire une entre­prise soli­daire, c’est indis­pen­sable”. Bin­go, c’est tout bon. Leur pre­mière col­lec­tion, com­po­sée de modèles ori­gi­naux qui incitent au voyage voit le jour au mois d’août. La p’tite touche en plus, c’est que toutes les che­mises ont un nom qui fait réfé­rence à l’Inde : ville, état, per­son­na­li­té…

Pour l’ins­tant, la col­lec­tion com­porte neuf che­mises. Mais trois petits oiseaux nous ont dit qu’une nou­velle che­mise sor­ti­rait début décembre, spé­cia­le­ment pour Noël. Il paraît même qu’elle sera bleue à pois.

C’est bon pour le moral les assos

Leurs che­mises, on vous l’a dit, sont décon­trac­tées, mais elles sont aus­si 100% coton et enga­gées : “On vou­lait créer une entre­prise res­pon­sable et soli­daire.” Pour vous la faire simple, 6% de leur chiffre d’af­faires est rever­sé à trois asso’ qu’ils ont choi­si et dont les valeurs leurs cor­res­pondent bien :

  • HOPE, une asso’ huma­ni­taire de SKEMA
  • Les clowns de l’es­poir, qui veut amé­lio­rer la qua­li­té des séjours des enfants hos­pi­ta­li­sé
  • Cheer Up, une fédé­ra­tion d’as­so’ qui aide les ado et les jeunes atteints d’un can­cer

En décembre, même si on n’est pas ren­table, ces asso­cia­tions rece­vront quand même de l’argent”, explique Maxence.

Et pour la suite ? Les trois potes ne comptent pas s’ar­rê­ter en si bon che­min. “On aime­rait que notre pro­chaine col­lec­tion soit made in France”, pré­cisent-ils. Même, au mieux, made in Hauts-de-France. Ils espèrent aus­si pou­voir mettre un peu plus leur patte sur le desi­gn. L’ob­jec­tif, “ce serait une col­lec­tion par un, avec deux ou trois modèles spé­ciaux dans l’an­née”, pré­cisent-ils.

Pour les pro­chains modèles, ils s’in­ter­rogent : “Pour­quoi ne pas gar­der une col­lec­tion en rap­port avec un voyage ou un conti­nent ?” Ça tombe plu­tôt bien, parce qu’en jan­vier, ce sera direc­tion la Chine pour six mois pour Arthur et Maxence. La bonne occaz’ pour trou­ver l’ins­pi­ra­tion pour leurs pro­chains modèles ?

Si vous avez envie de vous ache­ter une che­mise Alba­tras, c’est 34,90€ et c’est sur leur site que ça se passe. Pour les tailles, ça va du S au XXL. Ils ont aus­si un compte Face­book et une page Ins­ta­gram.