La hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers a été suspendue à l’Université de Lille

Dans La Fac, Lille, Politique
Scroll par là

Ce jeu­di, le conseil d’administration de l’Université de Lille a voté à l’unanimité la sus­pen­sion de la mesure pour cette année sco­laire et le rem­bour­se­ment des étu­diants qui avaient débour­sé 2770€ pour s’ins­crire en licence à la fac cette année.

Il y a un an, le Pre­mier ministre annon­çait que les étu­diants non-euro­péens devraient désor­mais s’ac­quit­ter de frais d’ins­crip­tion bien supé­rieurs à ceux de leurs autres cama­rades d’am­phi. La logique vou­lait qu’il fal­lait “faire payer plus pour mieux accueillir”.

Lille, élève non-rebelle

Un vent de panique a alors souf­flé sur les cam­pus fran­çais, dont celui de Lille bien évi­dem­ment. Même si l’U­ni­ver­si­té lil­loise a affi­ché son désac­cord avec cette hausse, elle a déci­dé d’ap­pli­quer le fameux décret à la ren­trée de 2019 en essayant d’exo­né­rer par­tiel­le­ment le maxi­mum d’étudiants via les com­mis­sions d’exonération.

Elles étaient au final sept sur 73 uni­ver­si­tés fran­çaises à ne pas se “rebel­ler” à la ren­trée et à appli­quer le décret. “A Lille, on veut être trans­pa­rents avec ces futurs étu­diants : on pré­fère leur pro­po­ser une exo­né­ra­tion par­tielle mais sur deux ans plu­tôt que de leur dire ‘Venez, vous ne paie­rez rien la pre­mière année’ et leur deman­der les 3000€ d’inscription dès l’année sui­vante, faute de moyens”, nous expli­quait au début de l’é­té Fran­cois-Oli­vier Seys, vice-pré­sident aux rela­tions inter­na­tio­nales à l’université.

Une anti­ci­pa­tion pru­dente en somme. Mais qui ne semble pas avoir payé puisque ce qui n’a­vait pas été anti­ci­pé, c’est l’a­vis émis par le Conseil consti­tu­tion­nel 11 octobre der­nier. Ce der­nier a tout sim­ple­ment remis au pre­mier plan la gra­tui­té de l’enseignement supé­rieur public. Même s’il concède que des “sommes modiques” peuvent être per­çues lors de l’ins­crip­tion.

Suspension et remboursement

Et 2770€ pour s’ins­crire en licence, c’est tout sauf une “somme modique”. Consé­quence : lors du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’u­ni­ver­si­té jeu­di der­nier, la sus­pen­sion de la hausse contro­ver­sée jus­qu’à la ren­trée pro­chaine a été votée à l’u­na­ni­mi­té. Tout comme le rem­bour­se­ment des étu­diants non-euro­péens qui avaient déjà raqué à la ren­trée.

Le conseil d’administration de l’Université a voté à l’unanimité la sus­pen­sion des frais dif­fé­ren­ciés”, et “nous allons les rem­bour­ser aux quelque 600 à 650 étu­diants de licence concer­nés”, a décla­ré à l’AFP Fran­çois-Oli­vier Seys.

Si on parle de “sus­pen­sion” et non “d’an­nu­la­tion”, comme l’au­rait sou­hai­té SUD étu­diants par exemple, c’est que l’U­ni­ver­si­té lil­loise veut encore se mon­trer “pru­dente” avant jan­vier 2020. Date où le gou­ver­ne­ment devra défendre sa hausse des frais auprès du Conseil d’E­tat.

Affaire (tou­jours) à suivre donc…