Une Maison des femmes, unique et pour toutes, a ouvert ses portes à Roubaix

Dans Ch'est bieau, Lille, Un toit sur la tête
Scroll par là

Depuis le 17 octobre, Roubaix possède sa propre structure d’accueil de jour destinée aux femmes, seules ou accompagnées de leurs enfants. Et pour la première fois dans la région, elle va jouer le rôle de pivot pour orienter toutes les femmes, quelque soit leur problème, vers les structures-partenaires correspondantes.

À la Maison des femmes de Roubaix, on ne vous pose pas de questions. Qu’importe qui vous êtes et pourquoi vous êtes là, l’accueil reste le même : chaleureux et sans jugement. “Les femmes qui se rendaient dans le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) et qui nous ont aidé à imaginer cette structure d’accueil, trouvaient ces lieux froids, trop administratifs, où tout est dématérialisé ou robotisé, explique Séverine, directrice du CCAS de Roubaix. Et s’il y a une aussi grande sous-représentation des femmes dans les CCAS, qui sont mixtes, c’est parce qu’ils sont stigmatisés et stigmatisants pour elles“.

Retrouver sa dignité et sa confiance en soi

Résultat, la nouvelle Maison des femmes a pris le total contre-pied, en proposant un lieu non-mixte, ressemblant plus à une véritable maison familiale qu’à un bâtiment administratif. Les Roubaisiennes seules ou accompagnées de leurs enfants passent d’une pièce colorée à une autre, discutent, boivent un café ou déjeunent, prennent une douche, lavent leur linge, se pomponnent devant la glace ou se font coiffer, jouent aux jeux de société, font un somme… Comme à la maison. “On n’est pas là pour stigmatiser qui que ce soit, mais pour aider les femmes à retrouver leur confiance en elle et leur dignité avant de les orienter vers les services qui correspondent à leurs besoins“, ajoute la directrice.

La Maison des femmes possèdent deux douches et une buanderie pour laver et sécher son linge. Et pour se pomponner, direction la coiffeuse.

Une maison ultra-design

En passant en tant que POC dans le cadre de Lille capitale du design 2020, la Maison a bénéficié de l’aide d’un designer pendant trois jours pour aménager le lieu. Mais ici, les femmes peuvent elles aussi aider à améliorer le feng shui. “Les meubles, majoritairement de récup,’ peuvent être déplacés selon les avis de celles qui passent la porte.”

Côté linge, vêtements et autres, la Maison des femmes fonctionne en partie avec un système de donation. “On est en train de développer les actions mécénats et le bénévolat, mais plusieurs entreprises et habitants nous ont déjà fait des dons de linges neufs et de vêtements d’hiver.” Et c’est toujours bon à prendre.

Si aucune pièce n’a réellement de rôle en particulier, l’une d’entre elles peut spécifiquement servir à piquer un somme à l’écart des autres.

À chaque problème, sa solution

Outre son côté cosy et chaleureux, la Maison des femmes est surtout un pivot entre toutes les structures d’aide partenaires, que ce soit sur les questions de santé, d’emploi, de logement, de violences familiales, d’addiction à la drogue ou à l’alcool, de médiation familiale, de droit… On est la seule Maison des femmes à avoir cette configuration là, précise la directrice.

Car malgré les différentes structures spécialisées qui existent, beaucoup de femmes ne savent pas vers qui s’orienter ou même par où commencer quand les problèmes se croisent et s’accumulent. Pour la première fois dans la région, il existe un lieu central qui oriente et accompagne chaque femme vers les organismes qui correspondent à leurs besoins.

Séverine (à gauche) est la directrice de la Maison des femmes et Sabine est l’une des six employées (à droite) à l’écoute des usagères

Six employées permanentes et formées dans le domaine du social sont là pour “écouter les Roubaisiennes, les aider à enclencher les démarches et accompagner celles qui ne se sentent pas de les faire seules.” Assistante sociale, médiatrice, psychologue… Chacune joue tous les rôles à la fois. Ici, à chaque problème, une main vous est tendue pour vous aider à trouver une solution.

La Maison des femmes de Roubaix est ouverte du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures au 231 rue Decreme. Elles peut accueillir jusqu’à vingt femmes seules ou avec enfants. Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site de la ville ou par téléphone au 03 20 73 08 95. Attention, pour y déjeuner, il faut réserver un peu à l’avance.