À la Rose des Vents, le festival DIRE fait vivre la littérature

Dans Culturons-nous, Festival

© Le bureau des écritures

Scroll par là

Il est tout nouveau, tout beau. La Rose des Vents, à Villeneuve-d’Ascq, accueillera du 22 janvier au 2 février la toute première édition de “DIRE”, un festoche qui va mêler la littérature et l’art vivant. La prog’ s’annonce bien (bien) chouette.

Qu’ont en commun Virginia Woolf, la Comtesse de Ségur, Virginie Despentes, Casey et Elom 20ce ? Tout ce beau monde sera présent au festival DIRE de La Rose des Vents. Bon, quand on vous dit présents, on ne parle pas que physiquement, mais aussi par leurs œuvres (ça aurait été un peu compliqué pour Virginia Woolf et la Comtesse de Ségur de toute façon).

Ça, c’est une performance de “Viril”. © Gilles Vidal

Marie Didier, la directrice de La Rose des Vents de Villeneuve-d’Ascq et Aurélie Olivier, la directrice de l’asso “Littérature, etc.” ont décidé de travailler ensemble pour créer un événement dédié à la littérature sous toutes ses formes : “Quand je suis arrivée à la Rose des Vents il y a près d’un an, j’ai eu envie d’élargir ce qu’on faisait et d’ouvrir à la littérature, contemporaine, émergente, qui se vit ensemble, raconte Marie Didier. Nous ne sommes pas une bibliothèque, une librairie, un coin de cheminée. On est un lieu d’arts vivants.” Alors, avec l’aide d’Aurélie Olivier, elles décident de proposer un festival de littérature vivante.

L’idée c’est de décloisonner et d’ouvrir sur les travaux d’auteurs, tout en gardant comme fil conducteur la littérature“, précise la boss de la Rose des Vents. Pour ce faire, cette première édition (oui, il devrait y en avoir d’autres) va être divisée en quatre grandes catégories :

  • Rythme et rire, où toutes les formes de littérature sont mises à l’honneur sur scène
  • Donner corps, qui montre comment donner vie à des textes
  • “Je” de mots, qui a pour but de raconter des expériences personnelles, intimes, à la première personne du singulier
  • À la découverte des créatrices, avec deux projets interactifs, le festival va faire entendre la voix des autrices, présentes et passées

Spectacles, performances, ateliers, expos

Vous voilà prévenu : “On n’est pas que sur des spectacles, il y a aussi des performances, des ateliers d’écritures et des expositions”, précise Marie Didier. Le programme est long, riche et varié, alors on ne peut pas tout vous citer (pour éviter un article de 27 kilomètres de long). Big up au spectacle “Viril“, durant lequel la rappeuse Casey, l’autrice Virginie Despentes et la comédienne Béatrice Dalle viendront lire des textes d’auteurs traitant du sujet de la virilité. Pour l’instant, c’est complet #TristesseInfinie, mais visiblement des places peuvent se libérer alors gardez les yeux ouverts. Coucou aussi le concert d’Elom 20ce ; les ateliers d’écriture et la bibliothèque sonore des femmes, une installation où en décrochant de vieux téléphones, vous pourrez entendre les œuvres d’autrices du passé et du présent. Trop cool.

Ce sont des gens très uniques, qui ont des choses à dire et qui utilisent les différentes formes d’art pour faire passer un message”, tease Marie Didier. Ça donne envie, non ? En plus, la plupart des activités et spectacles sont gratuits, mais quelques-uns sont payants : le spectacle “Viril”, le concert d’Elom 20ce et la pièce d’actualité n°12 : DU SALE ! Comptez entre 5€ et 21€ selon les tarifs. Quand c’est gratuit, c’est sur résa’, et on vous conseille de ne pas trop tarder, parce que ça va être chouette.

Voilà, si vous voulez en être, la Rose des Vents se situe sur le Boulevard Van Gogh, à Villeneuve-d’Ascq (métro Hôtel de Ville). On vous laisse le site du festoche, avec tous les événements proposés et l’event Facebook, parce que c’est toujours utile. Il y a aussi quelques petites choses qui se passent à la Médiathèque de Villeneuve-d’Ascq, juste à côté de La Rose des Vents. Tout est précisé à chaque fois sur l’événement.