À Bruxelles, une expo fait sauter aux yeux la culture graphique du punk

Dans Article Sponsorisé, Culturons-nous, VozerTube
Scroll par là

Article sponsorisé @ADAM/Atomium

Le punk ne fait pas que s’écouter : il se regarde. La preuve, le ADAM, le musée de design de Bruxelles, lui a consacré sa nouvelle expo temporaire. On est parti là-bas pour découvrir ce jeune musée culturellement fou avec son Plasticarium et son amour pour l’histoire de l’art visuel.

Le ADAM, c’est un musée dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler. Normal, cet antre dédié au design des XXe et XXIe siècles est encore tout jeune (2015). Mais il peut se targuer d’avoir l’Atomium comme voisin. Question design et graphisme, déjà, on se dit qu’on est bien raccord.

En ce moment, le musée a une expo temporaire qui détonne : Punk Graphics – Too Fast to live, Too Young to die. Avec des posters de The Clash, des badges des Sex Pistols, des fringues estampillées The Ramones ou encore des affiches de concerts aux couleurs bien criardes avec un prix d’entrée en francs. De quoi se croire immergé dans une reproduction de la chambre d’ado de notre daron au début des années 80.

Punk is never dead

Vous connaissez forcément les groupes phares et les chansons cultes du mouvement punk qui a émergé dans les années 70. L’expo n’est de toute façon pas là pour vous refaire toute l’histoire musicale (même s’il y a un coin vinyles pour jouer au DJ). Nope. Car ici, au ADAM, ce ne sont pas les décibels mais l’art visuel et les graphismes qui sont les rock stars.

Cette expo a pour objectif de raconter le langage visuel du punk, détaille Arnaud Bozzini, le directeur du ADAM. On y retrace comment, visuellement, ce mouvement emblématique a su s’inspirer du constructivisme russe, des codes de la pub, de la BD… Et comment il a réinterprété tout ça pour faire passer ses messages politiques et idéologiques.

L’expo vient directement des États-Unis et c’est sa première fois en Europe. Elle est basée sur la riche collection privée de 3000 pièces d’Andrew Krivine, un riche américain amoureux du punk. Pour monter cette expo, 500 d’entres elles ont été choisies. Et pour son atterrissage au ADAM, on lui a ajouté “un appendice belge” avec 200 pièces exclusivement dédiées au punk et son impact en Belgique.

On vous laisse avec une playlist Spotify concoctée spécialement pour l’expo. Histoire de vous mettre dans l’ambiance dans la voiture ou dans le train à destination de Bruxelles.

Pour aller se faire l’expo, vous l’aurez donc compris : il suffit de se garer à deux pas de l’Atomium de Bruxelles. Le ADAM est ouvert tous les jours de 11 heures à 19 heures. Ce qui est bien pratique pour aller se faire l’expo Punk Graphics qui y est jusqu’au 26 avril. Côté tarif, c’est 8€ en tarif plein (10€ si vous voulez aussi vous faire l’expo permanente) et 6€ pour les étudiants (8€ pour les deux expos).

Article sponsorisé @ADAM/Atomium