[Coronavirus] L’Université de Lille met en pause les échanges universitaires avec toute la Chine

Dans La Fac, Lille
Scroll par là

Ça ne vous aura sûre­ment pas échap­pé. Depuis plu­sieurs jours, le monde s’in­quiète à l’i­dée d’une nou­velle épi­dé­mie, celle du coro­na­vi­rus. Une mala­die qu’on avait encore jamais vu avant, qui serait appa­rue en Chine, dans la ville de Wuhan.

[Update du 29 jan­vier : Ce mer­cre­di, l’U­ni­ver­si­té de Lille a annon­cé dans un mail à tous ses étu­diants et ses per­son­nels que “pour des rai­sons évi­dentes de sécu­ri­té sani­taire”, elle déci­dait de “sus­pendre l’en­semble des mobi­li­tés étu­diantes vers la Chine et ce, jusque fin février.” Cette fois, cette sus­pen­sion concerne donc l’en­semble du pays et non plus seule­ment la pro­vince de Hubei. L’ad­mi­nis­tra­tion pré­cise que “la situa­tion pour­rait être ame­née à chan­ger en fonc­tion de l’évolution de la situa­tion en Chine ces pro­chaines semaines” et pro­met de tenir infor­mé ses étu­diants.

Pour vous refaire un point sur la situa­tion, on vous laisse l’ar­ticle ini­tial juste en des­sous.]

Mer­cre­di 22 jan­vier, Fran­çois-Oli­vier Seys, le vice-pré­sident de l’U­ni­ver­si­té de Lille en charge des rela­tions inter­na­tio­nales a envoyé un mail à tous les étu­diants et tous les per­son­nels de l’U­niv’, dans lequel il écrit : “Comme vous le savez cer­tai­ne­ment, la situa­tion sani­taire actuelle à Wuhan en Chine requiert la plus grande pru­dence. Ain­si, pour des rai­sons évi­dentes de sécu­ri­té sani­taire, l’U­ni­ver­si­té de Lille a déci­dé de sus­pendre l’en­semble des mobi­li­tés étu­diantes vers Wuhan et la pro­vince de Hubei”.

Concrè­te­ment, ça veut dire que la petite dizaine d’é­tu­diants qui devait par­tir y étu­dier dans quelques jours res­te­ra en France. “C’est un prin­cipe de pré­cau­tion”, sou­ligne le vice-pré­sident, joint par télé­phone. L’U­ni­ver­si­té de Lille est en contact avec les quatre étu­diantes qui étaient sur place et s’or­ga­nise pour les faire ren­trer : “On ne laisse pas tom­ber nos étu­diants”, affirme le VP.

Remboursements

Pour les étu­diants qui devaient aller à Wuhan, avec qui l’u­ni­ver­si­té de Lille a un accord, mais qui ne pour­ront pas par­tir, Fran­çois-Oli­vier Seys indique que “les étu­diants qui devaient par­tir et qui n’ont pas d’as­su­rances seront indem­ni­sés par l’U­ni­ver­si­té. Ce sera la même chose pour pour ceux qui ren­tre­ront, et cela se fera au cas par cas.”

Pour l’ins­tant, la sus­pen­sion des échanges ne concerne que Wuhan et la pro­vince de Hubei. “La Chine est un très grand pays. À ce stade, l’é­pi­dé­mie est plu­tôt concen­trée dans le centre-ouest du pays. Mais on suit en direct la situa­tion, on fait des points tous les 2/3 jours et on est en contact avec le consu­lat géné­ral de France à Wuhan et celui de Shan­ghaï”, ras­sure Fran­çois-Oli­vier Seys, qui pré­cise que tous les étu­diants actuel­le­ment en Chine ont été “recen­sés”.

Il pré­cise aus­si que les étu­diants qui devaient étu­dier dans d’autres pro­vinces de Chine et qui ne sou­hai­te­raient pas le faire face au risque d’é­pi­dé­mie ne sont pas dans l’o­bli­ga­tion de par­tir. “Il y a des moda­li­tés de secours pré­vues pour qu’ils puissent suivre les cours ici”, pré­cise le VP.

Pour ceux qui sont confron­tés à cette situa­tion et qui auraient dû annu­ler leur départ, Fran­çois-Oli­vier Seys pré­cise dans son mail que les étu­diants concer­nés sont invi­tés à se rap­pro­cher de la Direc­tion des Mobi­li­tés inter­na­tio­nales (intl-exchange@univ-lille.fr).