Les Djadjas, le combo fripes-fleurs-brocante du Vieux-Lille

Dans C'est green, Chill, Lille
Scroll par là

Vous aimez vous fringuer en fripes ? Vous kiffez chiner de vieux meubles pour donner du cachet à votre intérieur et vous adorez améliorer ledit intérieur grâce à des jolies fleurs ? Bingo, vous êtes au bon endroit. Depuis ce samedi, Marianne, de la friperie Pacaly et Audrey, la fleuriste qui se cache derrière Haute-Bouture accueillent les amoureux du chinage dans leur boutique : les Djadjas.

Les deux copines, qui ont eu un “coup de foudre amical“, se sont rencontrées en septembre à la Défripée, un événement bien sympa consacré à la fripe, co-organisé par Marianne. Là, elles se rendent compte qu’elles ont pas mal de points en commun et se disent que ce serait plutôt cool dans le futur de réunir leurs deux univers dans une boutique. Finalement, le futur est arrivé plus tôt que prévu et “les planètes se sont bien alignées” racontent les deux boss du lieu. En décembre, par un concours de circonstances imprévu, Marianne passe devant le lieu à louer et en parle à Audrey. Elles décident de le visiter, le kiffent bien et hop, elles foncent. Voilà comment commence l’aventure des Djadjas.

Dans la boutique, c’est simple : tout est à vendre. Oui, vraiment tout : les fringues, les fleurs et les meubles. “On est des petites chineuses. On chine tout à la main, on a un réseau de brocanteurs dans la région pour trouver nos meubles et nos vêtements“, explique Marianne. Ça veut dire qu’à chaque fois que vous viendrez, il est fort probable que les portants et de fringues et la déco aient changé du tout au tout. Stylé, non ?

Côté fringues, on part sur des pièces pour les femmes et les hommes, en mode intemporels colorés, punchy avec toujours une petite touche d’originalité. Au niveau des tailles, il n’y a pas de restriction : “Je sélectionne uniquement ce que je pourrais porter et que je peux conseiller“, poursuit-elle. Ce qui est cool, avec le vintage, c’est que “les vêtements ont une histoire” et les filles adorent rencontrer les gens qui se cachent derrière ces moments de vie. Au niveau du budget, ça peut varier entre 15€ pour des petites pièces à 80€ pour des plus grosses pièces.

Pour les meubles, on est là aussi sur des pièces vintage très chouettes : cadres, canapé, meubles, tout (vraiment tout) peut être acheté, “du coup, on doit toujours avoir un meuble d’avance“, plaisantent les filles. D’ailleurs, vous devez vous demander ce que le canap’ vient faire ici. C’est pour que “l’expérience soit vraiment agréable pour le client, qu’il se sente bien et chouchouté“, grâce aux conseils des deux copines, à du thé ou du café.

Animations et pop-up

Bon, et si on parlait maintenant de la seule chose qui n’est pas vintage : les fleurs. Ça, vous l’aurez compris, c’est la tasse de thé d’Audrey. La jeune femme va proposer un nombre prédéfini de bouquets de fleurs fraîches de sa composition par semaine, histoire d’éviter le gâchis et de pouvoir commander le bon nombre de fleurs. Et ce sera premier arrivé, premier servi. “Toutes les fleurs proviennent d’un petit producteur bio à une vingtaine de kilomètres d’ici“, explique Audrey. Comptez 20€ pour ces bouquets frais. Après, bien sûr, vous aurez aussi la possibilité de passer des commandes spéciales. Bon évidemment, s’il reste des fleurs, pas questions de les jeter. Audrey les fera sécher pour composer d’autres bouquets que vous pourrez acheter à la boutique. Là on partira plutôt sur des bouquets à 15€. La team plante n’est pas oubliée non plus, la boutique regorge de petits êtres chlorophyllés qui cherchent une famille.

Audrey prévoit aussi des ateliers DIY avec des couronnes, des broches et pleins d’autres créa’ autour des fleurs. Et comme plus on est de fous, plus on rit, les deux entrepreneures vont organiser des pop-up dans la boutique : “toutes les semaines, on aimerait avoir deux créateurs locaux, pour pouvoir leur donner de la visibilité”, expliquent-elles.

Si vous voulez découvrir les Djadjas, la boutique est située au 55 rue de la Barre et est ouverte du mercredi au samedi de 11 heures à 19 heures. Vous pouvez suivre les aventures de Marianne et d’Audrey sur leurs comptes instagram respectifs.