Tepee, le couchsurfing entre pro’ qui permet d’aider les gens à la rue

Dans Ch'est bieau, Lille

©Tepee

Scroll par là

Si vous avez cliqué sur cet article, il y a de fortes chances que ce soit pour répondre à cette question : comment une plateforme de couchsurfing pour les professionnels pourrait-elle aider concrètement à reloger des personnes sans domicile fixe ? Promis, vous aurez la réponse dans quelques minutes.

Avant ça, on va vous refaire la petit histoire de Tepee.pro. L’idée est née ici, dans la métropole lilloise, au siège de Décathlon, en 2015. Allan, qui bosse dans la boîte, lance l’idée d’un système qui permettrait aux salariés lillois de la boîte d’héberger (gratuitement) ceux qui viendraient de loin pour une formation ou un séminaire au siège de l’entreprise. En 2016, deux autres salariés de Décath’, Arnaud et Alexis, l’aident à créer la plateforme qu’il a imaginée : Décathlives.

Se loger entre pro’

C’était du simple couchsurfing entre collègues en fait, explique Alexandre qui est justement devenu hôte comme ça. À l’époque, je bossais donc à Décath’ et j’avais juste un petit appart’ de 25m2 dans Lille.” Mais qui irait troquer sa nuit à l’hôtel pour squatter son canap’ lit ? Eh bien plein de collègues en fait. “Quand on est jeune et qu’on commence à voyager pour le travail, c’est juste trop bien, raconte Alexandre. Sauf qu’à force de voyager aux quatre coins du continent avec pour seuls souvenirs l’aéroport, l’entreprise et l’hôtel, on commence à trouver ça très frustrant“.

C’est ce que lui racontent les salariés internationaux de Décath’ qui débarquent chez lui. Moins de confort, c’est sûr. Mais au moins ils repartent de Lille en ayant évités tous les spots attrape-touristes et en ayant vécu quelques jours à la ch’tie.

Voyager à Lille et revenir avec des souvenirs de Saint-So’, c’est quand même plus classe que la simple vue sur Lille-Europe. @Tepee

Chez Décath’, le concept marche donc plus que bien. L’idée de créer une vraie plateforme mais, cette fois-ci, ouverte à tous les salariés, commence à émerger. En octobre 2018, Tepee.pro voit donc le jour. Un bon mix entre Linkedin et CouchSurfing.

C’est l’entreprise qui paye

Alexandre rejoint le trio d’origine et l’équipe continue de grandir en même temps que la communauté. Et là vous vous dites : OK, c’est bien beau tout ça, mais si tout se fait sans échange d’argent, ils vivent comment les mecs de Tepee ? Et comment peuvent-ils, en plus, aider les gens à la rue via la plateforme ?

Ça, c’est l’équipe de Tepee au complet. @Tepee

En fait, on se la joue un peu à la Robin des Bois, plaisante Alexandre. Depuis l’été 2019, on n’est plus vraiment gratuit : chaque nuit passée chez un hôte de Tepee coûte 50€. Mais pas au salarié, à son entreprise.” En gros, quand un pro’ voyage, il a un budget alloué par son entreprise. C’est sur ce dernier que Tepee puise ses fonds pour fonctionner : ils facturent comme si le salarié avait passé une nuit à l’hôtel. Le salarié profite de sa nuit chez quelqu’un du coin, Tepee peut se rémunérer ET payer une nuit au chaud à des personnes contraintes de dormir dehors. Tout le monde y trouve son compte.

Parce que voilà comment sont répartis les 50€/nuit :

  • 10€ de TVA
  • 10€ pour Tepee
  • le reste pour payer l’hébergement à un sans-abri

Avant même la création de Tepee, on était tous plus ou moins engagés dans l’associatif, le sans-abrisme et les maraudes. On va donc nous-mêmes dans la rue ou via les associations qu’on connait, offrir un toit pour une ou plusieurs nuit à des personnes. C’est vraiment du direct“, affirme Alexandre.

@Tepee

Voilà. Vous en savez un peu plus sur cette plateforme née ici et sur son fonctionnement. On vous laisse assouvir ce qui vous reste de curiosité en vous baladant sur leur site et en pensant à eux si un jour vous êtes amené à voyager, n’importe où dans le monde, pour le taff’.