Habiter 2030 compte bien poursuivre son aventure à Lille

Dans Ch'est bieau, Lille

Photo ©habiter2030

Scroll par là

C’é­tait l’an­née der­nière : après avoir fédé­ré étu­diants, pro­fes­sion­nels et élus autour d’un pro­jet fou de mai­son du futur, les membres l’é­quipe d’Ha­bi­ter 2030 rem­por­taient haut la main le Solar Decath­lon Europe. L’a­ven­ture per­dure avec un pro­jet de dix mai­sons en construc­tion sur la métro­pole lil­loise.

On va essayer de vous la faire courte : une col­la­bo­ra­tion entre plu­sieurs écoles de la métro­pole lil­loise, des pro­fes­sion­nels du bâti­ment et de la construc­tion se sont asso­ciés pen­dant deux années pour ima­gi­ner la mai­son du futur, qu’ils pré­sen­te­raient au Solar Decath­lon Europe, une com­pé­ti­tion qui vise à mettre en lumière les inno­va­tion en matière d’ha­bi­tat durable. L’é­quipe d’H2030 a ima­gi­né et construit une mai­son sur la base de la mai­son 1930, typique habi­ta­tion nor­diste, mais dans sa ver­sion… 2030, vous l’au­rez com­pris. La mai­son a été bâtie à Lille, puis démon­tée, et envoyée à Szen­tendre en Hon­grie, pour par­ti­ci­per à la finale du concours.

Et voi­là que l’é­quipe nor­diste l’a empor­té sur tous ses concur­rents. Grosse fête, vous vous en dou­tez. Le temps a pas­sé. Mais ce n’est pas pour autant que l’as­so­cia­tion H2030 a dis­pa­ru. “On a bien fait la fête, mais on a aus­si bien tra­vaillé”, confirme Béa­trice Auxent, sa pré­si­dente. En se pré­pa­rant à par­ti­ci­per, comme il se doit, aux évé­ne­ments orga­ni­sés dans le cadre de Lille Capi­tale mon­diale du desi­gn. Une mai­son POC habi­tée pren­dra racine à la gare Saint-Sau­veur, notam­ment.

Dix vraies maisons sur la métropole

Mais le gros pro­jet, c’est la construc­tion d’une dizaine de vraie mai­sons sur Lille, Rou­baix et Tour­coing en col­la­bo­ra­tion avec la Fabrique des Quar­tiers, dont la mis­sion est de réno­ver l’an­cien et l’exis­tant pour le compte de la Métro­pole Euro­péenne de Lille. “Ce serait des démons­tra­teurs du réel. On ne sait pas encore si elles seront habi­tées, pour­suit Béa­trice Auxent. L’i­dée, c’est de faire un peu de tout : des mai­sons qu’on pour­ra faire visi­ter, des mai­son qui seront habi­tées, d’autres sur les­quelles ont ins­tal­le­ra des cap­teurs…

Si ce pro­jet, plus ancré dans la vraie vie encore, vous inté­resse, il est pos­sible de rejoindre l’as­so­cia­tion, qu’on soit une entre­prise, une école ou un par­ti­cu­lier.

On vous ren­voie vers le site de l’as­so­cia­tion pour plus de détails.