Bis Repetita, le repaire vintage du Secours Populaire de Lomme

Dans C'est green, Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Depuis la fin du mois de jan­vier, la recy­cle­rie lom­moise du Secours Popu­laire a son propre espace vin­tage, en plus de son espace fripes. Ça fait deux fois plus de fringues à shop­per pour les ama­teurs de seconde main.

Avec l’in­dus­trie tex­tile qui est la deuxième indus­trie la plus pol­luante au monde der­rière celle du pétrole, de plus en plus, les consom­ma­teurs essayent de faire gaffe à ce qu’ils achètent et à com­ment ils dépensent leur argent. Autant dire que les bou­tiques de seconde main se mul­ti­plient vitesse grand V et que les fripes et le vin­tage ont une longue vie devant eux.

Au Secours Popu­laire de Lomme, ça fait plus de trente ans qu’on fait dans la seconde-main”, explique Muriel Ser­ghe­raert, qui y est béné­vole depuis plus de dix ans. Mais, depuis la fin jan­vier, le la recy­cle­rie lom­moise accueille une nou­velle bou­tique : Bis Repe­ti­ta. Dans cet espace, on peut retrou­ver des vête­ments vin­tage, qui ont une his­toire : “Ici, on pri­vi­lé­gie les vête­ments en par­fait état, qui ont au moins 15 à 20 ans. Sinon, ce n’est pas du vin­tage, c’est de la fripe. Il faut dif­fé­ren­cier les deux”, insiste Muriel. Com­pre­nez-donc que si vous retrou­vez une blouse Camaïeu d’il y a trois ans, ce n’est pas du vin­tage, mais de la fripe.

D’ailleurs, la fripe, le secours popu­laire connaît bien, parce qu’ils ont tout un espace dédié à ça au rez-de-chaus­sé de la res­sour­ce­rie. “Les prix de la fri­pe­rie sont moins chers que pour le vin­tage, autour d’un euro pour un tee-shirt. On vou­lait vrai­ment que ça soit acces­sible à tous. On sait que cer­taines per­sonnes ont les moyens de mettre plus, mais pour d’autres, ce n’est pas pos­sible.” L’i­dée, avec l’es­pace fripes, c’est de lut­ter contre la pré­ca­ri­té ves­ti­men­taire, pour que tout le monde puisse s’ha­biller à moindre coût.

Lieu financé par le budget participatif

Reve­nons-en à notre vin­tage. Bis Repe­ti­ta a son propre espace. Le lieu est situé en mez­za­nine : il a été finan­cé par la ville de Lille en par­tie lors de la pre­mière édi­tion du bud­get par­ti­ci­pa­tif. Ça per­met d’a­voir pas mal de places pour ran­ger toutes les petites pépites vin­tage : che­mises, jupes, robes, vestes en cuir, sacs à main, cein­tures et même acces­soires, le tout tou­jours à des prix qui feront plai­sir à votre porte-mon­naie. Comp­tez, en moyenne entre 3 et 5€ par pièce, sauf pour les man­teaux ou vestes en cuir qui coûtent (natu­rel­le­ment) plus cher.

La mez­za­nine n’a d’ailleurs pas dit son der­nier mot. En plus de cet espace vin­tage, les équipes du Secours Popu­laire lom­mois sont en train d’ins­tal­ler un petit espace où des ate­liers comme cus­to­mi­sa­tion, trans­for­ma­tion de jeans en tote bag, ou point de cou­ture auront très bien­tôt lieu.

Tant que vous êtes là, pour­quoi ne pas en pro­fi­ter pour chi­ner des meubles qui ont déjà eu une vie ? Parce que la res­sour­ce­rie de Lomme est un espèce de lieu hybride qui ras­semble trois espaces en un même lieu :

  • Le Bio-Logis, qui accueille une fri­pe­rie, de la déco, du mobi­lier… pour faire des achats pour la mai­son à prix tout mini tout en fai­sant une bonne action.
  • La Bou­tik Pop, un espace qui pro­pose des pro­duits neufs (vête­ments, pro­duits d’en­tre­tien, chaus­sures…) à de petits prix pour les per­sonnes qui sont dans le besoin et déten­trices d’un Pass soli­da­ri­té.
  • Bis Repe­ti­ta, la nou­velle bou­tique dédiée au vin­tage.

On est très content de se dire qu’i­ci on ras­semble toutes les classes sociales. Il y a des familles dans le besoin et des gens du quar­tier qui ont plus les moyens. Ça per­met aus­si aux per­sonnes en pré­ca­ri­té de ne pas se sen­tir stig­ma­ti­sées, en se ren­dant compte que leurs voi­sins aus­si viennent ici. On est très fier d’a­voir réus­si à créer de la mixi­té sociale ici”, raconte Muriel.

Combo de bonnes actions

Le must dans tout ça, c’est que quand vous ache­tez des choses dans la res­sour­ce­rie du Secours Popu­laire lom­mois, vous faites une bonne action. Tout cet argent per­met de rému­né­rer huit per­sonnes et de finan­cer les actions de l’as­so, qui a pas mal de chats à fouet­ter. Une belle manière de rem­plir son pla­card de fringues (un peu) meilleures pour l’en­vi­ron­ne­ment, tout en fai­sant une bonne action et en fai­sant plai­sir à son ban­quier. On part sur un com­bo de trois bonnes rai­sons d’y aller, là, non ?

Si vous n’a­vez pas envie de rem­plir votre pla­card mais bien de le vider, vous pou­vez aus­si rame­ner les petites pépites (propres et en bon état) que vous ne por­tez plus : elles seront peut-être reven­dues chez Bis Repe­ti­ta ou dans la fri­pe­rie du Bio-Logis. Et si elles ne trouvent pas pre­neur, don’t wor­ry, elles ne seront pas gâchées, elles iront rejoindre le Relais.

Bis Repe­ti­ta se trouve au 183 rue Ana­tole France à Lomme. La bou­tique a une page Face­book et le Secours Popu­laire de Lomme en a une aus­si. La res­sour­ce­rie est ouverte du mar­di au same­di de 10 heures à 12 h 30 et de 14 heures à 18 heures. Si vous vou­lez faire chauf­fer la carte bleue, oubliez. Les paie­ments se font par espèce ou en chèque.