Les choses à savoir avant d’acheter son premier logement à Lille

Dans Article Sponsorisé, Lille, Un toit sur la tête
Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @Square Habi­tat

Voi­là, vous êtes grand. Assez en tout cas pour envi­sa­ger d’a­che­ter votre pre­mier loge­ment. Vous êtes à deux doigts de fran­chir le pas. Le sou­ci, c’est que vous ne savez pas par où com­men­cer. On a fait le point avec Léo Cop­pin, conseiller immo­bi­lier chez Square Habi­tat.

Il y a des pri­mo-accé­dants qui visitent une pre­mière fois le loge­ment, et qui reviennent avec leurs parents”, raconte Léo. Parce que les parents, ça peut être de bon conseil quand il s’a­git de trucs qui s’an­noncent com­pli­qués. Seule­ment, par­fois, on ne les a pas sous le coude pour savoir si le petit T2 sym­pa sur lequel on fla­shé sera un bon inves­tis­se­ment. Heu­reu­se­ment, la vie est bien faite : les conseillers immo­bi­liers sont là pour vous aider à avan­cer dans cette grande aven­ture qu’est le pre­mier achat immo­bi­lier. Par exemple, Léo Cop­pin, qui tra­vaille à Hel­lemmes et Lille Fives pour le compte de Square Habi­tat, a quelques conseils pour les futurs fiers pro­prié­taires.

Léo a d’autres conseils à vous don­ner.

  • Pré­voyez les frais annexes
    Oui. Il y a le prix de votre mai­son ou de votre appart’. Les frais d’a­gence sont obli­ga­toi­re­ment inclus dans le prix annon­cé. Mais il y a aus­si tout le reste. “Il y a des frais à pré­voir dans son bud­get d’in­ves­tis­se­ment”, confirme Léo Cop­pin. Comp­tez les frais de notaire (plus ou moins 8% du prix du bien), les frais de dos­sier pour votre prêt immo­bi­lier, et soyez atten­tif aux frais engen­drés par la suite : la taxe d’ha­bi­ta­tion, la taxe fon­cière, les charges de copro­prié­té si vous êtes dans un immeuble… “Et bien sûr, pré­voyez un petit bud­get pour des tra­vaux, éven­tuel­le­ment”, ajoute Léo.
  • Le cour­tier, c’est pas du luxe
    Un cour­tier, c’est quel­qu’un qui va vous accom­pa­gner du début à la fin : il vous dit si votre pro­jet est sérieux et viable, il vous trouve le finan­ce­ment le plus avan­ta­geux pour vous, et il vous aide aus­si dans les démarches. En gros, il vous tient la main du début à la fin. Pour votre gou­verne, Square Habi­tat a un ser­vice de cour­tage, ce qui per­met au conseiller immo­bi­lier de mieux cibler vos besoins et de faire en fonc­tion de vos capa­ci­tés d’emprunt. “Le cour­tier tra­vaille avec cinq banques par­te­naires”, pré­cise Léo.
  • Mar­chez au coup de cœur
    Ça arrive par­fois : vous entrez dans le pre­mier loge­ment de votre liste, et vous vous voyez immé­dia­te­ment dedans. Mais la sagesse popu­laire vous impose de ne pas cra­quer sur le pre­mier bien visi­té. “Ce n’est pas for­cé­ment vrai, avance Léo Cop­pin. Si l’ap­par­te­ment ou la mai­son cor­res­pond par­fai­te­ment aux attentes de l’a­che­teur, et qu’il peut se le payer, il n’y a pas de rai­son de ne pas faire une offre.” Ce serait dom­mage de pas­ser à côté de votre coup de cœur sous pré­texte que vous n’en avez pas visi­té d’autres. “J’ai des clients qui ont visi­té qua­rante loge­ments juste pour se faire une idée. Ils ont lais­sé filer plein de belles offres.

Article spon­so­ri­sé @Square Habi­tat