Aides, cours, partiels, Erasmus… L’Université de Lille à l’heure du confinement

Dans La Fac, Lille, Santé !
Scroll par là

Depuis lun­di, on ne va plus à la fac. Ni les étu­diants, ni les profs, ni le per­son­nel admi­nis­tra­tif… Per­sonne. Mais ça ne veut pas dire que tout s’ar­rête, bien au contraire. On a appe­lé Lynne Fran­jié, vice-pré­si­dente à la for­ma­tion pour faire le point.

Bon, for­cé­ment, des cam­pus qui ferment en même temps que les bars et les res­tos, ça n’a fran­che­ment rien de joyeux, on le sait, on vous lit sur les réseaux.

Mais ce n’est pas parce que vous ne pou­vez plus squat­ter les amphis que les cours (et le contrôle conti­nu) prennent fin.

Hello Moodle

On ne va rien vous apprendre si vous avez ouvert votre boîte mail de la fac : l’U­ni­ver­si­té de Lille a mis en place dès lun­di son plan de conti­nui­té péda­go­gique.

En gros, chaque com­po­sante opte pour la meilleure manière de conti­nuer a dis­pen­ser ses cours à dis­tance. Via la pla­te­forme Moo­dle par exemple, avec des cours en visio ou encore sur Dis­cord, sans oublier les forums et les chats.

Tout le per­son­nel s’y est mis, la mobi­li­sa­tion a été géné­rale, détaille Lynne Fran­jié. Et la récep­tion des étu­diants est assez for­mi­dable aus­si, il faut le dire.

Bon, pour les TP et les cours de sports, c’est for­cé­ment plus com­pli­qué (car impos­sible en plein confi­ne­ment) mais il faut bien faire ce qu’il faut pour endi­guer cette fichue épi­dé­mie.

Stages

Qui dit semestre pair, dit stage dans un bon nombre de cur­sus. Il y en a envi­ron 10 000 pré­vus rien qu’à l’U­ni­ver­si­té de Lille. “Ça fait déjà plu­sieurs jours que le pré­sident de l’u­ni­ver­si­té a pris un arrê­té pour sus­pendre tous les stages en pré­sen­tiel : aucun étu­diant ne doit se rendre phy­si­que­ment en stage”, détaille la vice-pré­si­dente.

Si vous avez l’op­por­tu­ni­té de le faire en télé­tra­vail, depuis chez vous, libre à vous et à l’en­tre­prise de le main­te­nir.

Pour les sou­te­nances de ceux qui viennent de finir le leur, elles n’au­ront bien évi­dem­ment pas lieu IRL. C’est à votre prof’ de déter­mi­ner la manière dont vous allez pro­cé­der pour faire le compte-ren­du de votre stage.

Le campus santé

Les seuls pour qui les stages res­tent d’ac­tua­li­té sont ceux du domaine de la san­té. Les étu­diants qui ont atteint leur 3e année ont pu conti­nuer leur stage ou ont été “réqui­si­tion­nés” pour appor­ter leur aide.

Il y a aus­si les volon­taires, ajoute Lynne Fran­jié. Plus de 300 étu­diants, que ce soit en méde­cine, maïeu­tique, odon­to­lo­gie ou phar­ma, qui se spon­ta­né­ment pro­po­sés pour aider, notam­ment le centre d’ap­pels du Samu.” Cha­peau à eux (et mer­ci <3).

Jennifer Lopez Applause GIF by NBC World Of Dance - Find & Share on GIPHY

Erasmus et étudiants étrangers

Depuis plu­sieurs semaines main­te­nant, l’U­ni­ver­si­té a rapa­trié ses étu­diants par­tis étu­dier à l’é­tran­ger et qui vivaient dans ce qu’on appelle les “clus­ters” de l’é­pi­dé­mie. Elle a depuis bat­tu le rap­pel pour tous. “Mais on ne leur impose pas de reve­nir, ça reste leur déci­sion, pré­cise la vice-pré­si­dente. Cer­tains ne veulent pas ren­trer de peur de conta­mi­ner leurs parents ou d’autres ne le peuvent tout sim­ple­ment pas car ils sont déjà confi­nés là où ils sont.

L’U­ni­ver­si­té a annon­cé prendre à sa charge les frais liés à ces retours pré­ci­pi­tés en France.

En ce qui concernent les étu­diants étran­gers qui sont actuel­le­ment à Lille, même prin­cipe : ils ont été “invi­tés” à ren­trer chez eux. “Pour ceux qui ne le peuvent ou veulent pas et qui logent en rési­dence étu­diante, on est en lien étroit avec le Crous.

Précarité et solitude

  • Ali­men­ta­tion

Car cer­tains étu­diants n’ont tout sim­ple­ment pas d’autre choix que de res­ter à Lille dans leur appart’. Pour s’as­su­rer que ceux qui ont peu de moyens ne se retrouvent pas com­plè­te­ment dému­nis pen­dant le confi­ne­ment, l’U­ni­ver­si­té a déblo­qué une aide finan­cière. “Tout est fer­mé à l’U­ni­ver­si­té, des res­tos U aux épi­ce­ries soli­daires en pas­sant par les lieux d’aide ali­men­taire, il fal­lait trou­ver une solu­tion pour ces étu­diants.

  • San­té

Le centre de san­té des étu­diants de Cité Scien­ti­fique est d’ailleurs tou­jours ouvert. Le but est de pri­vi­lé­gier les consul­ta­tions télé­pho­niques mais une per­ma­nence reste active en cas d’ur­gence.

  • Matos

Dès ven­dre­di der­nier, tout le per­son­nel des dif­fé­rentes cam­pus a fait en sorte d’é­qui­per les étu­diants sans maté­riel infor­ma­tique. “On ne peut désor­mais plus en pro­po­ser car tout le monde est pas­sé en télé­tra­vail main­te­nant. Mais on est train d’en­quê­ter pour iden­ti­fier ceux qui auraient des sou­cis pour suivre les cours comme un trop faible débit inter­net.

Equité, exams et rentrée

Dès la semaine pro­chaine, une fois que le sui­vi péda­go­gique aura été bien ins­tal­lé, l’U­ni­ver­si­té plan­che­ra sur la suite des évé­ne­ments… comme les par­tiels. Le contrôle conti­nu est tou­jours d’ac­tua­li­té et il n’est pas impos­sible que des exams se déroulent via la pla­te­forme Moo­dle par exemple si le confi­ne­ment per­dure.

Notre man­tra en la matière, c’est l’é­qui­té, appuie la vice-pré­si­dente. Ça veut dire que nous ferons tout pour qu’au­cun étu­diant ne soit lésé. S’il n’y a pas moyen d’ob­te­nir cette équi­té, on pas­se­ra en mode ‘neu­tra­li­sa­tion’ : on ne comp­te­ra pas les ensei­gne­ments qui ne pour­ront pas être pas­sés de manière équi­table entre tous les étu­diants qui les suivent.

Si l’U­ni­ver­si­té doit res­ter fer­mée encore plu­sieurs semaines, il fau­dra poten­tiel­le­ment réflé­chir aus­si aux ins­crip­tions pour la ren­trée pro­chaine. “C’est sur notre to-do-list aus­si. Tout se fait en ligne aujourd’­hui mais les étu­diants peuvent avoir besoin de cer­tains docu­ments comme des rele­vés de notes, com­pli­qués à trou­ver et à envoyer en confi­ne­ment.

Pour l’heure, rien ne dit que le confi­ne­ment dure­ra aus­si long­temps mais le monde uni­ver­si­taire veut prendre les devants.