Coeur dans le panier, la plateforme qui met en lien volontaires et personnes dans le besoin

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Il y en a qui pro­fitent du confi­ne­ment pour rat­tra­per leur dette de som­meil ou binge-wat­cher tout ce qu’ils trouvent sur Net­flix (et ils ont bien rai­son). Et il y en a d’autres qui occupent leur temps à créer en quelques jours une pla­te­forme qui met en rela­tion des gens dans le besoin avec leurs voi­sins sym­pas.

Cer­tains vivent le confi­ne­ment comme une angoisse : ils ne peuvent pas sor­tir de chez eux parce qu’ils sont trop vieux ou malades, mais ont besoin d’un plein de courses. “Je pen­sais à mon papy, qui habite en Bre­tagne, raconte Claire, étu­diante en droit social de 23 ans en droit et co-fon­da­trice de Coeur de Panier. C’est ma maman qui va lui faire des courses. Je me disais qu’il doit y avoir des per­sonnes iso­lées qui n’ont pas cette chance.” Du coup, avec son com­pa­gnon Matéo, étu­diant en droit pénal, ils décident de créer une pla­te­forme qui per­met­trait de mettre en rela­tion les gens qui sont en mesure d’al­ler faire des courses et ceux qui en ont cruel­le­ment besoin.

On a mis une jour­née à créer le site”, raconte Matéo. Et voi­là, c’é­tait par­ti. Le prin­cipe est très simple : “Il y a deux manières de faire : soit on est béné­fi­ciaire et on donne son adresse et sa liste de courses. Soit on est béné­vole, et on dit dans quel sec­teur on peu aller”, détaille Claire. Pour être sûr des inten­tions des béné­voles, Claire et Matéo imposent un 06 et la carte d’i­den­ti­té. Quand un béné­vole se trouve sur le sec­teur de quel­qu’un dans le besoin, Matéo et Claire l’ap­pellent et lui pro­posent de lui envoyer la liste de course par mail. “Ça per­met de véri­fier le sérieux des gens.

Et atten­tion, tout est abso­lu­ment gra­tuit. “La seule chose qu’on en tire, c’est de la cha­leur humaine”, pré­vient Matéo. Le béné­fi­ciaire ne rem­bourse que le prix cou­tant des courses, sans défrayer ni don­ner un pour­boire au béné­vole. “C’est vrai­ment pour aider”, assure Matéo qui lui-même fera des courses pour ses voi­sins dans le besoin.

Si ça vous inté­resse, on vous met le site de la pla­te­forme.